Bell esittelee Bell 360 Invictuksen FARA-kilpailussa

Alors que le programme Futur Vertical Lift, un des piliers de la modernisation en cours de l’US Army, devait initialement se concentrer uniquement sur le remplacement des hélicoptères de manoeuvre Black Hawk, programme pour lequel Bell avec le V-280 Valor et Sikorsky avec le SB-1 Défiant sont en compétition, les autorités militaires américaines ont décidé, il y a un an, de l’accélérer en intégrant, dès la première phase, le remplacement des hélicoptères légers de reconnaissance OH-58 Kiowa, retirés du service depuis 2014. Le programme FARA, pour Futur Attack Reconnaissance Aircraft, a pour objet de sélectionner d’ici 2020 les deux industriels qui construiront chacun un prototype. Les deux appareils seront évalués jusqu’en 2023 pour déterminer le modèle retenu, pour une entrée en service dès 2028, et peut-être plus tôt, si l’US Army parvient à accélérer le programme.

Le FARA sera un hélicoptère léger, d’une masse inférieure à 6 tonnes, manoeuvrant et rapide, puisque l’US Army exige que qu’il ait une vitesse de croisière supérieure à 180 noeuds, soit plus de 350 km/h. En outre, il devra être capable de déjouer les systèmes de défense anti-aérienne modernes, et d’emporter des armements pour engager des forces légères si besoin, même si son rôle principal restera la reconnaissance armée. 5 industriels ont été sélectionnés par le Pentagone, après l’élimination notamment d’Airbus hélicoptère, en avril 2019 : AVX Aircraft/L3 Harris Technologies, Boeing, Karem Aircraft, Sikorsky et Bell helicopters. Contrairement à Sikorsky qui propose une technologie similaire à celle du Défiant, Bell a choisi de présenter un hélicoptère beaucoup plus classique, mais optimisé, Bell 360 Invictus, qui signifie imbattable en latin.

S97 Raider Defense Uutiset | Sotilashelikopterien rakentaminen | Puolustussopimukset ja tarjouspyynnöt
Le S-97 Raider de Sikorsky préfigure la proposition de ce dernier pour le programme FARA

L’Invictus est un hélicoptère léger proche, dans son aspect, du RAH-66 Comanche de Boeing et Sikorsky, le programme d’hélicoptère de combat léger avorté en 2004 après avoir couté prés de 15 Md$. Pour sa conception, Bell s’est appuyé sur son dernier modèle d’hélicoptère moyen, le Bell 525, dont il reprend beaucoup de caractéristiques. Mais le 360 apporte également son lot d’innovations, comme des commandes électriques intégrales, des ailes assurant 50% de la sustentation à haute vitesse, et un système de puissance relais appelé Supplemental Power Unit (SPU), capable d’augmenter temporairement la puissance fournie par la turbine principale pour les phases d’accélération et les phases critiques, à l’image d’une post-combustion sur les avions de chasse. Le reste de l’architecture du Bell 360 reste, elle, très classique, avec un rotor quadripales pour la sustentation et un rotor anti-couple à la queue,

De fait, l’appareil ne pourra atteindre les performances de celles escomptées par Sikorsky avec la technologie employée sur le S-97 Raider, lui conférant une vitesse constatée de 207 noeuds, et une vitesse espérée de 250 noeuds en croisière. Bell parie sur un autre aspect que les performances pures pour remporter la compétition, le prix de son appareil. En effet, le constructeur estime, sans toutefois se dévoiler, que le Bell 360 sera sensiblement moins cher que ses concurrents, et notamment que le modèle proposé par Sikorsky, et donc très en deçà des 30 m$ par appareil budgété par l’US Army. Cette approche a déjà réussi à Boeing cette année, lorsque la société de Seattle a remporté, avec Saab, le contrat pour la construction du prochain appareil d’entrainement de l’US Air Force, grâce à une offre de prix ferme particulièrement attractive. En outre, le FARA a pour objet de remplacer le Kiowa, un appareil léger qui avait l’avantage d’être particulièrement économique, en comparaison d’un hélicoptère de combat comme l’AH64.

AVX L3 US ARMY 900x417 Actualités Défense | Construction d'Hélicoptères Militaires | Contrats et Appels d'offre Défense
Le concept d’AVX / L3 Harris Technologies associe beaucoup de solutions différentes, et nécessitera donc beaucoup de developpement

De fait, la stratégie de Bell pourrait s’avérer payante, dans un contexte ou l’US Army doit faire face à d’importantes dépenses simultanées, avec le remplacement des M2/3 Bradley, la modernisation des M1 Abrams et des Stryker, l’évolution de son artillerie, le developpement de nouveaux systèmes hypersoniques et de systèmes d’arme à énergie dirigée, et le financement du programme de remplacement des hélicoptères de manoeuvre Black Hawk en cours. D’autre part, le constructeur n’avait probablement guère d’autres choix, s’il voulait tenter sa chance avec la compétition FARA. En effet, la technologie des rotors basculants, utilisée sur le V-280 Valor avec, semble-t-il, beaucoup de succès, s’avère inadaptée pour les hélicoptères légers. De fait, l’avionneur ne pouvait intégrer ses développements technologiques en cours dans un nouveau modèle, comme le fait Sikorsky, dont la technologie de l’hélice propulsive et rotors contrarotatifs peut, elle, être adaptée à un appareil léger.

Enfin, Bell pourrait faire valoir des délais de developpement raccourcies, et donc une entrée en service accélérée, accompagné d’un risque technologique parfaitement maitrisé, ce qui est loin d’être le cas de Sikorsky ou d’AVX, et qui pourrait répondre a des attentes non exprimées de l’US Army. Alors que les tensions, en Asie comme en Europe, s’intensifient rapidement, l’ensemble de ces points clés pourraient emporter la décision.

- Mainonta -

Jatkoa ajatellen

SOSIAALISET VERKOSTOT

Viimeiset artikkelit