Le Covid-19 aura-t-il raison de la diplomatie européenne du renseignement ?

« C’est une question de souveraineté européenne. Dès lors que l’on souhaite gagner en capacité stratégique de défense, il est nécessaire de gagner en capacité de renseignement ». C’était fin février à sa signature officielle à Zagreb en Croatie. Coopération « inédite, de long terme, pour la sécurité des démocraties européennes », l’Intelligence College in Europe (ICE) se voulait « la réplique commune à la complexité des menaces asymétriques cyber, terroristes et de déstabilisation qui émanent de Russie ou de Chine via les réseaux 5G ». Trois mois après les plaidoyers des représentants de services intérieurs et extérieurs des 23 pays signataires[1], l’instance « diplomatique » informelle promue par Emmanuel Macron est…

Lire l'Article

Le « GPS Britannique » ne verra probablement jamais le jour

En 2018, à l’annonce de l’éviction du Royaume-Uni du programme Galileo pour cause de Brexit, les vives réactions émanant de la classe politique et du gouvernement britannique avaient achevé de convaincre Theresa May de brandir la menace d’ériger un système de géo-positionnement national et indépendant de l’initiative européenne. Une étude de faisabilité et 130 millions de livres sterling plus tard, le symbole de l’indépendance post-Brexit souffre incontestablement d’un retard à l’allumage. Des désaccords entre ministres et hauts fonctionnaires britanniques se font désormais jour quant à la viabilité d’un projet onéreux mais non moins stratégique dans un contexte international particulièrement dégradé. En effet, d’après un article…

Lire l'Article

Après le risque Brexit, Airbus fait face au risque allemand

La position allemande face aux exportations de systèmes d’armes vers l’Arabie Saoudite suite à l’affaire Khashoggi pose de sérieux problèmes à l’ensemble de la BITD européenne, déjà fragilisée par les possibles conséquences d’un BREXIT dure et l’instrumentalisation de la réglementation ITAR par l’administration et l’industrie US. Outre le consortium eurofighter et le missilier MBDA, dont la vente de 48 avions de combat Typhoon et de missiles Météor est bloquée par l’intransigeance du gouvernement allemand, c’est au tour d’Airbus qui, par la voit de son président Tom Enders, a annoncé qu’il entamerait la « dé-germanisation » de certains de ses produits, comme par exemple l’avion de transport C-295. Selon…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR