Pour la Suède, l’OTAN n’est pas l’unique solution pour défendre l’Europe

Comme la Finlande, la Suède est fermement attachée à sa posture neutre depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale. En dépit de la proximité des forces d’abord soviétiques, puis russes, et des nombreuses tensions qui ont émaillé son histoire au fil des dernières décennies, Stockholm a toujours tenté de maintenir une position certes européenne, mais ouverte vis-à-vis de l’Est, tout en gardant une capacité défensive remarquable pour un pays de seulement 10 millions d’âmes. Pour autant, la tentation est grande, pour certains leaders politiques suédois, de se rapprocher davantage de l’OTAN, et pourquoi pas de rejoindre l’Alliance, pour s’aligner avec ses voisins et partenaires…

Lire l'Article

La Suède veut augmenter son budget défense de 40% d’ici 2025

Comme de nombreux pays européens, la Suède avait lourdement diminué ses investissements de Défense suite à l’effondrement du bloc soviétique, passant de 2,57% de son PIB en 1990 à tout juste 1% en 2015. Les effectifs des armées sont, eux, passés de 65.000 hommes à 16.000 en 2012. Avec la montée de la puissance militaire russe à partir de 2010, et surtout l’annexion de la Crimée qui joua le rôle de déclencheur dans l’opinion publique et la classe politique suédoise, le pays a entamé la reconstruction de son outil de Défense, ramenant notamment les effectifs de ses armées à 30.000 militaires à partir de 2014,…

Lire l'Article

La Suède re-active ses bunkers navals face à la menace russe

Le renforcement des capacités militaires russes est pris très au sérieux par les autorités suédoises, comme c’est la cas, d’ailleurs, pour la majorité des pays scandinaves ou bordant la mer Baltique. Bien que membre de l’Union européenne, la Suède, comme la Finlande, est un pays qui se définit comme neutre, et qui, de fait, n’appartient pas à l’OTAN. Mais, comme Helsinki, Stockholm est conscient de la position stratégique du pays pour le contrôle de la mer Baltique et de la mer du Nord, et que le pays représente donc une cible de choix pour les forces russes si un conflit devait apparaitre avec l’OTAN. C’est…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR