Pour l’US Air Force, le drone à 130 m$ RQ-4 Global Hawk est obsolète

Les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) et HALE (Haute Altitude Longue Endurance) actuels sont ils déjà obsolètes pour les missions de renseignement électronique, alors même que nombre d’armées entament à peine leur conversion à cet outil ? C’est en tout cas ce que semble penser l’US Air Force qui, dans le cadre de la préparation du budget 2022 du Pentagone, a demandé la mise sous cocon de ses drones HALE RQ-4 Global Hawk block 20 et block 30, soit 24 appareils, chacun ayant couté plus de 130 m$ aux contribuables américains, alors qu’ils ne sont en service que depuis le début des années 2010.…

Lire l'Article

Israël revendique l’attaque du cargo iranien MV Saviz en réponse à des attaques iraniennes

Le 25 mars dernier, le Lori, un porte-container battant pavillon israélien, fut frappé par un missile iranien en Mer d’Arabie, sans faire de blessé ni de victime. C’est en réponse à cette nouvelle attaque contre ses navires de commerce que l’état hébreux a organisé l’attaque du cargo iranien MV Saviz, un navire identifié depuis plusieurs mois par les services secrets américain comme une plate-forme d’action navale pour les Gardiens de la Revolution iraniens. Selon les informations communiquées par le New York Times citant un officiel américain, les services israéliens auraient positionné une mine navale sous la ligne de flottaison du navire avant de la faire…

Lire l'Article

Un décret présidentiel facilitant l’exportation de drones de combat divise la classe politique américaine

Jusqu’à présent, les exportations par les Etats-Unis de systèmes de drones de catégorie 1, c’est à dire affichant une capacité d’emport inférieure à 500 kg à plus de 300 km, comme le MQ-1 Predator, le MQ-9 Reaper ou le RQ-4 Global Hawk, étaient conditionnée à un accord préalable explicite des autorités américaines, selon la règle de la « présomption de refus », étant assimilés à des missiles dans la législation Missile Technology Control Régime, ou MTCR. Le pays acquéreur devait justifier, par des circonstances exceptionnelles, sa demande, ce qui engendrait une procédure longue, et sensiblement plus lourde que pour d’autres équipements. Selon les déclarations de plusieurs industriels…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR