Le Socle Défense, la réponse aux contraintes françaises en matière de dépenses de Défense

En novembre 2018, suite à un article de Michel Cabirol pour le site economique La Tribune, le projet Socle Défense avait brièvement attiré une certaine attention médiatique et politique, au point de faire l’objet d’un sujet dans le 20h de France 2. Alors que la Revue Stratégique et la Loi de Programmation Militaire étaient en préparation, ce projet proposait de s’appuyer sur une nouvelle architecture de financement faisant appel à l’épargne et à un modèle de leasing des équipements de défense, permettant d’accroitre les investissements de défense au delà de 2,65% de PIB, seuil défini par le Socle Défense pour permettre à la France de…

Lire l'Article

Pourquoi la France doit-elle viser un effort de défense à 3% du PIB ? et comment y parvenir ?

Bien que traitées de manière relativement superficielle jusqu’à aujourd’hui, les questions de défense commencent à s’immiscer dans la campagne présidentielle française, et plusieurs candidats ont d’ores et déjà déclaré leur intention d’augmenter le budget des Armées vers un seuil équivalent à 3% du PIB. D’autres candidats, déclarés ou non, s’ils estiment eux-aussi que l’effort de défense doit croitre dans les années à venir, s’interrogent sur la soutenabilité de cet effort, ainsi qu’au sujet de son intérêt géopolitique. Pourtant, comme nous le verrons dans cette analyse, et même si cela n’est que très rarement abordé, l’objectif d’un effort de défense à 3% du PIB à horizon…

Lire l'Article

4 modèles budgétaires soutenables pour la modernisation et l’extension des armées

Dans un environnement médiatique étonnamment discret, plusieurs crises majeures pouvant potentiellement évoluer en conflit armé entre grandes puissances se déroulent simultanément sur la planète, qu’il s’agisse de la crise entre l’Ukraine et la Russie impliquant potentiellement l’OTAN, de celle entre Israel et l’Iran au sujet du programme nucléaire de ce dernier, ou de la crise entre Pékin et Taïwan, chacune d’elle porte les prémices d’un conflit international de grande envergure pouvant impliquer l’Europe, et la France en particulier. Dans ce contexte, il apparait que les moyens dont disposent aujourd’hui les Armées françaises sont insuffisants quantitativement, et inadaptés qualitativement pour y faire face. En effet, le…

Lire l'Article

L’euro-intégrisme du Ministère des Armées nuit-il aux capacités d’équipement des Armées ?

Depuis prés d’une décennie, le Ministère de La Défense devenu Ministère des Armées, et la Direction Générale de l’Armement qui supervise l’ensemble des programmes industriels pour les Armées, donnent presque systématiquement la préférence à une vision européenne des programmes de Défense. Ainsi, lors de sa dernière audition, le délégué général de l’Armement, Joel Barre, a écarté la possibilité de donner la préférence au Falcon X de Dassault Aviation pour le remplacement des Atlantique 2 de Patrouille Maritime, si le programme MAWS venait à devoir se faire sans l’Allemagne (qui vient de commander 5 P-8A Poseidon américains pour remplacer ses P-3C les plus anciens), arguant qu’il…

Lire l'Article

Le Tampon Operationnel, une alternative pour renforcer les Armées et l’Industrie de Défense

Face aux bouleversements rapides qui touchent les équilibres géostratégiques dans le monde, les armées françaises, comme l’industrie de défense nationale, font face à un problème complémentaire mais sans solution évidente. En effet, les armées ne cessent de répéter, de manière de plus en plus audible, qu’elles manquent de moyens, et notamment de moyens lourds et d’effectifs, pour assurer leurs missions dans un contexte ou les engagements de haute intensité pourraient redevenir possible, voire devenir la norme. Dans le même temps, la base industrielle et technologique Défense française, ou BITD, si elle dispose aujourd’hui d’une activité relativement soutenue, manque clairement de visibilité à moyen terme, mais…

Lire l'Article

Non, le contrat Rafale égyptien ne menace pas les contribuables français

Depuis l’annonce de la signature d’un nouveau contrat portant sur l’acquisition de 30 avion Rafale par l’Egypte pour 4 Md€, une incompréhension se propage sur les réseaux sociaux, basée en partie sur une mauvaise interprétation de la situation par certains médias français et par l’AFP, selon laquelle ce contrat pourrait au final menacer les contribuables français, puisque l’Etat français s’est porté garant de 85% du montant emprunté par Le Caire auprés des Banques Françaises dans un crédit sur 10 ans pour financer l’opération. Comme nous le verrons dans cet article, non seulement il n’existe aucune raison objective d’anticiper un défaut de paiement de la part…

Lire l'Article

Les 7 enjeux Défense de la Présidentielle 2022 en France

Les questions de défense avaient été ramenées au second plan lors de la précédente élection présidentielle française, en 2017. La majorité des candidats s’étaient simplement engagés sur un objectif de dépense de 2% à l’issu du quinquennat, et s’était évertuée à débattre de sujet sans réel fondement, comme le retour à la conscription, alors même que les militaires eux-mêmes ne cessaient d’alerter sur l’aspect irréaliste des propositions avancées. Fort heureusement, et à la surprise de beaucoup, le président élu, Emmanuel Macron, respecta ses engagements en faisant appliquer une Loi de Programmation Militaire (LPM) permettant aux Armées, si ce n’est de reconstruire leurs capacités, tout au…

Lire l'Article

Les 5 enjeux stratégiques de la Supply Chain de l’Industrie de Défense française

Pour le grand public, l’Industrie de Défense française se résume à plusieurs acteurs majeurs bien connus, comme Dassault Aviation, Thales ou Naval Group. Pourtant, ces grandes entreprises ne représentent qu’une partie de la Base Industrielle et Technologique Défense nationale, ou BITD, qui bien qu’indispensable, aurait bien du mal à s’imposer en France comme à l’exportation sans le réseau de sous-traitant dense et très compétent que représente la Supply Chain de Défense. Or, aujourd’hui, entre les effets de la crise Covid-19, les difficultés pour trouver un partenaire bancaire ou certains arbitrages défavorables liés à des engagements de coopération internationale, une partie significative de cette Supply Chain…

Lire l'Article

Services bancaires : l’industrie de Défense se trompe-t-elle de cible ?

Depuis plusieurs années, les entreprises ayant une activité de Défense rencontrent de plus en plus de difficultés pour se faire accompagner par les banques françaises et européennes. Même des services élémentaires, comme des crédits d’investissement, des lignes de trésorerie, ou des crédits documentaires, leurs sont refusés, au prétexte de la sensibilité des transactions, et des conséquences potentielles sur l’image de marque des banques si elles venaient à être mises en cause dans des marchés d’armement. Pour tenter de répondre à ce besoin, le GICAT, une association regroupant les professionnels de l’armement terrestre en France, a présenté aux autorités françaises un projet visant à créer une…

Lire l'Article

Le programme Tempest britannique va générer 20.000 emplois dans le pays

Nombreux sont ce, en Europe, qui doutent de la soutenabilité du programme d’avion de combat de nouvelle génération Tempest pour les finances publiques du Royaume-Uni. Pourtant, une analyse du cabinet d’audit Price Waterhouse Cooper à la demande de BAe montre que le programme conditionnera une activité économique et industrielle majeure avec, à la clé, 20.000 emplois et 25 Md£ de retours économiques pour le pays. En intégrant directement la notion de retour social et budgétaire de l’effort publique au sein d’un programme majeur comme l’est le Tempest, l’industrie défense britannique démontre sa détermination à mener à bien le projet, dut-elle le mener seule. L’analyse faite…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR