Après les Freedom, les LCS Independence de l’US Navy font face à d’importantes défaillances

Plus le temps passe, et plus le programme Littoral Combat Ship de l’US Navy, sensé préfigurer les évolutions du combat naval littoral, semble rejoindre la longue liste des impasses technologiques et opérationnelles dont le Pentagone s’est fait une spécialité ces 30 dernières années. Après avoir, en 2014, abandonné le principe de module de combat qui devait permettre aux deux classes Freedom et Independence constituant le programme de disposer d’une flexibilité opérationnelle avancée en s’équipant, selon les besoins, de capacités de lutte anti-navire, de lutte anti-sous-marine, de renseignement et guerre électronique ou de guerre des mines, l’état-major de l’US navy n’a eu de cesse que de…

Lire l'Article

L’US Navy propose 3 options pour le devenir de sa force navale

Depuis de nombreuses années, la planification de l’US Navy en matière de construction navale est pour le moins chaotique, avec des plans et des objectifs successifs divergents, parfois même contradictoires. Le sujet est d’ailleurs l’objet d’une opposition féroce entre les sénateurs et représentants républicains, partisans d’une flotte massive, et leurs homologues démocrates qui souhaitent maintenir le budget de la Défense sous controle. Au delà des ambitions parfois fantaisistes présentées ces dernières années, et des nombreux bras de fer ayant opposé le Pentagone aux parlementaires américains notamment au sujet du retrait de certains bâtiments, il était donc nécessaire pour l’US Navy de presenter une stratégie cohérente…

Lire l'Article

12 porte-avions, 50 frégates : l’US Navy revient sur ses fondamentaux

Dire que la planification de l’US navy a été chaotique ces 30 dernières années tiendrait de l’euphémisme. Entre des programmes calamiteux et en surcout chronique comme les destroyers Zumwalt, les corvettes Littoral Combat Ship, ou les sous-marins Seawolf, des difficultés techniques importantes comme pour les porte-avions de la classe Ford, et des objectifs marqués par des considérations politiques et économiques, et non par des besoins opérationnels, les perspectives et options de la première force navale mondiale se sont irrémédiablement assombries, alors que dans le même temps, les puissances navales de ses principaux compétiteurs comme la Russie et surtout la Chine, se sont développées avec rigueur…

Lire l'Article

Le module de Guerre des Mines des Littoral Combat Ship de l’US Navy a été validé

Le concept qui amena le Secrétaire à la Navy Gordon R. England (administration Bush Jr de 2001 à 2003) à donner naissance aux Littoral Combat Ships au début des années 2000, était pour le moins innovant : plutôt que de devoir construire plusieurs navires spécialisés dans différents types de mission, il suffisait de s’appuyer sur une structure modulaire permettant l’intégration dynamique des capacités requises à la demande, sous forme de modules complémentaires intégrant la technologie et les équipements requis pour la mission. De fait, les LCS devaient être capables, en changeant de modules, d’effectuer alternativement et efficacement des missions de lutte anti-sous-marine, de lutte contre…

Lire l'Article

Ces 4 dérives qui handicapent l’effort de défense occidental face à la Chine et la Russie

Alors que la compétition entre l’Occident et le bloc sino-russe devient de plus en plus âpre sur la scène internationale, de nombreuses simulations effectuées ces dernières années montrent qu’en dépit des dépenses de défense occidentales 6 fois plus importantes que celles de la Chine et de la Russie cumulées, ces derniers ne cessent d’accroitre leur puissance militaire relative, au point de probablement dépasser leurs compétiteurs dans la décennie à venir. On peut naturellement être tenté par des explications triviales, comme les couts de main d’oeuvre trés différents entre les pays, ou le contrôle bien plus ferme qu’impose ces régimes sur leurs populations respectives. Toutefois, ces…

Lire l'Article

Délais, surcouts, manque de pièces : l’externalisation de la maintenance des LCS de l’US Navy est un échec

Dans le sillage des baisses de crédits de défense liées à la fin de la guerre froide, de nombreuses forces armées cédèrent aux sirènes de l’externalisation de la maintenance des équipements majeurs à des prestataires privés. Si certains contrats ont été dès le début cadrés sous la forme d’engagement capacitaire, comme dans le cas par exemple de la maintenance de la flotte de l’EALAT de Dax, la majorité d’entre eux, portant sur des équipements potentiellement projetables, se limitèrent à des engagements de moyen. Or, cette approche ouvre la porte à d’importantes dérives en terme de couts comme de délais, avec à la clé, la baisse…

Lire l'Article

Que valent les Corvettes modernes ?

Lors de la seconde guerre mondiale, les corvettes étaient des navires de tonnage restreint, 1000 tonnes pour la très prolifique classe Flower de la Royal Navy, destinés à escorter les convois contre les menaces sous-marines et sécuriser les côtes. Au fil des années, les corvettes s’effacèrent dans une majorité des grandes marines modernes, remplacées en cela par des frégates plus lourdes et plus polyvalentes ou des patrouilleurs lance-missiles moins onéreux, alors que la menace sur les cotes s’estompaient et que les besoins en matière de lutte anti-sous-marine étaient davantage traiter par les sous-marins eux-mêmes, et les avions de patrouille maritime. Cependant, depuis quelques années, de…

Lire l'Article

L’US Navy veut rapidement armer et spécialiser ses Littoral Combat Ship

A la fin des années 90, deux officiers de l’US Navy, le Vice-Amiral Art Cebrowski et le Commandant Wayne Hughes, développèrent le concept de « Streetfighter », un navire combat léger (1000 tonnes), bien armé, manoeuvrant et économiques (moins de 100m$ l’unité), pour remplacer avantageusement une partie de la flotte de frégate O.H Perry et même certains destroyers dans l’inventaire de la flotte US. Ces navires compensaient leur faible tonnage par leur nombre, et devait permettre de répondre aux besoins de déploiement de l’US Navy notamment en zone de basse et moyenne intensité. Ce concept évolua rapidement vers la définition d’un nouveau type de navire, les Littoral…

Lire l'Article

L’US Navy expérimente à grande échelle la coopération entre navires et systèmes autonomes

Selon l’Amiral Gilday, Chef des opérations navale de l’US Navy, l’exercice auquel participent le destroyer lourd USS Michael Monsoor (classe Zumwalt), 4 destroyers de la classe Burke, 2 Littoral Combat Ship, le sous-marin USS USS Hampton et le LPD USS Anchorage, ainsi que les deux navires robotisés Sea Hunter et Seahawk (en illustration d’accueil avec l’USS Monsoor en arrière plan), au large de la Californie, représente une étape déterminante dans la mise en oeuvre d’une coopération entre systèmes automatisés et systèmes pilotés pour l’US Navy, et va profondément influencer la conception même de l’évolution de la flotte américaine dans années à venir. Baptisé Pacific Fleet’s Unmanned…

Lire l'Article

L’US Navy reconnait un défaut de conception dans les LCS de la classe Freedom

Lors de l’entrée en service du premier Littoral Combat Ship, l’USS Freedom, l’US Navy ne tarissait pas d’éloges au sujet de sa nouvelle pépite technologique. Le programme de navires de guerre polyvalents côtiers, qui repose sur deux classes distinctes Freedom et Indépendance, devait constituer une révolution dans le domaine du combat naval moderne. Très automatisées, les LCS intégraient notamment une structure modulaire permettant au navire d’embarquer, sous forme de conteneurs, différents modules tactiques, qu’il s’agisse de mettre en oeuvre des unités commando, de mener des actions de guerre des mines, ou de mener des opérations de lutte anti-sous-marine. En outre, les corvettes de la classe…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR