La Finlande s’apprête à candidater pour rejoindre l’OTAN

Durant toute la Guerre Froide, la Finlande, qui partage une frontière de 1300 km avec la Russie, a maintenu une posture de neutralité vis-à-vis de l’Union Soviétique et du bloc occidental. Si comme la Suède, elle rejoint l’Union européenne en 1995, elle n’avait jamais affiché un quelconque désir de faire de même vis-à-vis de l’OTAN. Au contraire, il y a encore quelques mois, l’opinion publique finlandaise était majoritairement opposée à une telle démarche, même si depuis plusieurs années, Helsinki se rapprochait militairement des Etats-Unis et du bloc occidental, et prenait ses distances avec Moscou. La guerre en Ukraine aura engendré, dans ce pays, un profond…

Lire l'Article

Les Occidentaux commencent à transférer en Ukraine des équipements militaires lourds

Qu’il s’agisse de l’intransigeance de Moscou, des dérives de la propagande russe, du massacre de Bucha, ou d’un subtil mélange des trois teinté d’une crainte amoindrie vis-à-vis du potentiel militaire des armées russes, le fait est que, depuis quelques jours, les lignes semblent bouger en Europe, et plus globalement en Occident, concernant le soutien militaire apporté à Kyiv pour faire face à l’agression russe, et en particulier pour résister à la prochaine attaque massive dans le Donbass, telle qu’annoncée. En effet, la République Tchèque vient d’annoncer la livraison à venir de plusieurs douzaines de chars T-72M1 et de véhicules de combat d’infanterie BMP-1 aux armées…

Lire l'Article

L’Italie va augmenter son budget défense de 12 Md€ d’ici 2028

L’Europe est une terre de paradoxe. Alors que durant les 10 dernières années, les dirigeants européens avaient ignoré la montée en puissance des armées russes et la construction d’une puissance militaire aux portes de l’Europe appuyée sur le puissant allié chinois, et capable, tel qu’on le pensait il y a encore quelques semaines, de prendre l’ascendant sur les forces de l’OTAN présentes en Europe, le déclenchement de l’invasion de l’Ukraine par les armées russes, et les mauvaises performances flagrantes de ces dernières face à un adversaire sensé être largement inférieur, a engendré une vague d’annonces en faveur de l’effort de défense au sein de toute…

Lire l'Article

Les forces russes bien plus exposées à la guerre électronique et cyber qu’anticipé

Depuis le début des combats en Ukraine le 24 février, les armées russes ont montré un visage qui surprit jusqu’aux plus circonspects des analystes quant à la réalité de sa puissance militaire : faible moral, mauvaise coordination des forces, stratégie très contestable, logistique défaillante, mauvais fonctionnement des armes de précision, les révélations se sont succédées pour expliquer les échecs répétés de l’offensive russe face à une résistance ukrainienne bien plus modeste, et disposant d’un budget défense annuel 10 fois inférieur à celui de Moscou. Les plus surprenantes de ces révélations concernent la vulnérabilité des forces russes aux attaques cyber, ainsi que leur mauvaise maitrise du…

Lire l'Article

Faut-il accroitre le soutien militaire européen à l’Ukraine ?

Bien peu, même parmi les mieux informés, avaient imaginé qu’au bout de 5 semaines de combat, l’Operation Spéciale Militaire russe serait à ce point contenue par les défenseurs ukrainiens, et que les armées russes auraient souffert de pertes matérielles et humaines aussi importantes. Pourtant, aujourd’hui, en dépit de sa puissance de feu extraordinaire et de sa force aérienne, c’est bien l’armée russe qui passe en position défensive sur de nombreux fronts, et qui reculent même face à certaines contre-attaques ukrainiennes, notamment autour de Kyiv. Pour autant, cette perception donnée tant par les médias occidentaux que par la très performante communication de guerre ukrainienne, ne permet…

Lire l'Article

Comment la guerre en Ukraine va transformer la planification stratégique en Europe ?

Il y a tout juste 3 semaines, bien peu étaient ceux qui, en occident, estimaient que la Russie allait effectivement mener une guerre d’agression globale sur l’Ukraine. Pour beaucoup, le déploiement de force russe autour de l’Ukraine visait à faire plier le président Zelensky au sujet de son adhésion à l’OTAN et du statut des républiques sécessionnistes du Donbass. Pour les mieux informés, comme l’Etat-Major des Armées françaises, et comme nous l’avions abordé dans un article du 23 février, les risques militaires et politiques liés à une telle offensive ne compensaient pas les bénéfices potentiels, de sorte qu’une telle décision apparaissait irrationnelle et donc peu…

Lire l'Article

Cacophonie au sein de l’OTAN au sujet des Mig-29 polonais

Hier soir, nous publiions un article (pour éviter toute confusion, il a été supprimé et est accessible pour information en fin de cet article) concernant la décision annoncée de Varsovie de transférer ses avions de combat Mig-29 sur la base américaine de Rammstein en Allemagne, laissant supposer que les Etats-Unis assureraient la livraison de ces chasseurs aux forces aériennes ukrainiennes afin de soutenir l’effort de défense face à l’agression russe. Dans le même communiqué, les autorités polonaises annonçaient qu’elles remplaceraient les appareils offerts indirectement à l’Ukraine, en faisant l’acquisition d’avions de combat d’occasion dotés des mêmes capacités que celles de ses Mig-29, laissant supposer que…

Lire l'Article

La France et l’Europe peuvent-ils relever le défi sécuritaire russe ?

Après des semaines et des mois de spéculation et de tentatives de médiation diplomatique, Vladimir Poutine a dévoilé une partie de son jeu hier lundi 21 février, au lendemain de la fin des jeux olympiques chinois, en reconnaissant l’indépendance des deux républiques autoproclamées du Donbass, et en déplaçant à peine quelques heures plus tard, une partie de ses unités dans cette région, sur la base de prétextes aussi contestables qu’artificiels. Pour autant, le déploiement de force exceptionnel mené par les armées russes autour de l’Ukraine dépasse de loin les besoins de cette seule dernière manoeuvre pour dissuader l’Ukraine de toute velléité de riposte, et les…

Lire l'Article

La fulgurance du déploiement de force Russe frappe d’obsolescence les paradigmes sécuritaires européens

En avril dernier, les forces armées russes avaient déployé en deux mois de temps plus de 100.000 hommes le long des frontières ukrainiennes, créant d’importantes tensions régionales. Mais en l’absence de certaines observations, comme l’assemblage massif de Battalion Tactique Inter-armes, le format de combat des unités russes comparable aux Groupement tactique Inter-armes français, de stocks suffisants de munitions et de carburant, du pré-positionement de forces de soutien comme les hôpitaux de campagne, cette démonstration de force ne permit pas au Kremlin de convaincre les occidentaux de la réalité de la menace. Pour autant, ce déploiement de forces n’engendra pas de modifications sensibles des postures défensives…

Lire l'Article

Le déploiement militaire russe autour de l’Ukraine atteint un seuil critique

Cela fait maintenant plusieurs mois, depuis novembre 2021, que les armées russes déploient et stationnent un grand nombre de troupes autour de l’Ukraine, que ce soit le long de la frontière avec le Donbass, en Crimée, et le long de la frontière nord du pays. A la Fun du mois décembre, les observations physiques et satellites permettaient d’estimer à 100.000 le nombre de militaires déployés à proximité immédiate des frontières de l’Ukraine, et à une soixantaine le nombre de bataillon interarmes, l’équivalent russe des Groupement tactique Inter-Armes, ou GTIA, français, constitués. Mais ces derniers jours, Moscou a procédé à un renforcement sensible des forces déployées,…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR