Exercice Zapad-21 : L’Armée Russe teste ses nouveaux armements

De tous les exercices majeurs quadri-annuels de l’armée russe, l’exercice Zapad, qui signifie Ouest, est de loin celui qui porte la plus grande valeur symbolique, ainsi que celui qui focalise la plus grande attention médiatique, en Europe comme en Russie. Cette année, celui-ci se déroule en majeure partie en Biélorussie, alors que Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko viennent de signer un accord de rapprochement historique entre les deux pays, permettant au premier d’accroitre sa main-mise sur cet état slave, et au second de protéger sa position à la tête de celui-ci. Mais au delà de ses aspects politiques et géostratégiques, une partie des forces russes…

Lire l'Article

A la veille de l’exercice Zapad-2021, le rapprochement entre Minsk et Moscou s’accélère

Chaque année, les forces armées russes organise un grand exercice majeur se déroulant au début du mois de septembre. Dans un cycle de 4 ans, il se déroule alternativement en Russie orientale (Vostok), Russie centrale (Tzentr), dans le Caucase (Kavkaz), et en zone occidentale (Zapad). L’exercice de cette année, Zapad-2021, dont la partie culminant se déroulera du 10 au 16 septembre, prendra place en grande partie en Biélorussie, ainsi qu’aux abords de Saint-Peterbourg et dans l’enclave de Kalningrad, et mobilisera, au total, prés de 200.000 militaires et civils, même si le nombre de soldats effectivement déployés par la Russie pour cet exercice en Biélorussie n’excèdera…

Lire l'Article

La Biélorussie utiliserait des migrants syriens et irakiens contre la Lituanie

Pendant plusieurs années, le président turc R.T Erdogan utilisa la menace de relâcher des vagues de migrants venus de Syrie, d’Irak et plus globalement, de tout le moyen-orient, vers les cotes européennes, afin de faire fléchir Bruxelles et les chancelleries européennes. Cette stratégie, qui permit à Ankara de négocier un accord de compensions de 6 Md€ pour maintenir ces migrants sur son sol. Visiblement, la méthode à fait des émules, puisque selon la ministre de l’interieur lituanienne Agnė Bilotaitė, Minsk emploierait désormais une méthode similaire pour répondre aux sanctions européennes et en particulier au soutien apporté par la Lituanie aux opposants biélorusses en exil. Mais…

Lire l'Article

Les tensions au plus haut entre la Russie, l’Ukraine et l’Occident

Selon un rapport de l’Union européenne, les forces armées russes auraient rassemblé prés de 150.000 hommes en Crimée et le long de la frontière avec le Donbass Ukrainien, faisant de ce déploiement le plus important depuis la fin de la guerre froide. L’UE, comme toutes les capitales européennes, ainsi que Kiev et Washington, s’inquiètent désormais plus qu’ouvertement des manoeuvres russes, et ce d’autant que d’autres facteurs indiquent que la crise en cours s’étend désormais bien au delà de l’Ukraine, pour devenir une crise majeure entre l’Occident et la Russie. Les informations sur le renforcement militaire russe aux frontières ukrainiennes se sont multipliées ces derniers jours…

Lire l'Article

A son tour, la Russie déploie des forces le long de sa frontière avec la Biélorussie

Alors que les tensions intérieures entourant le déroulement du scrutin présidentiel vont croissantes à Minsk avec l’arrestation de la Cheffe de campagne de l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, les relations avec le voisin russe sont également au plus mal. Il y a quelques jours, suivant l’arrestation d’une trentaine d’hommes russes présentés comme des paramilitaires appartenant à la société militaire privée russe Wagner et suspectés par Minsk d’être entrés dans le pays pour générer des troubles lors des élections présidentielles, le président Alexander Loukachenko avait ordonné le déploiement de prés de 3000 hommes sur la frontière russe, de sorte à empêcher un « scénario à l’ukrainienne », à savoir une…

Lire l'Article

La Biélorussie déploie des troupes à la frontière Russe pour empêcher un « scénario à l’Ukrainienne »

Les relations entre Minsk et Moscou se sont gravement détériorées depuis quelques semaines, à l’approche des élections présidentielles biélorusses qui doivent se tenir dimanche 9 aout. En effet, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, à ce poste depuis 1994 et en lice pour un sixième mandat, accuse Moscou de soutenir l’opposition, lui-même s’étant jusqu’ici appliqué à réduire au silence toute forme de contestation, le plus souvent avec la bénédiction du Kremlin. Or, ce dernier oppose désormais une résistance plus que symbolique dans les négociations entre Minsk et Moscou portant sur le traité d’union, un accord signé en 1999 qui devait permettre une intégration proche du fédéralisme…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR