Selon son chef d’état-major, l’US Navy ne peut pas s’engager sur deux fronts majeurs simultanément

Dire que la planification de l’US Navy en matière de construction navale est chaotique ces 20 dernières années tiendrait de la plus sévère litote. Entre les programmes avortés ou plus que décevants comme les destroyers Zumwalt et les Littoral Combat Ship, un budget en faible progression, et face à un effort chinois extraordinaire d’efficacité et à la renaissance de la construction navale russe, il est vrai que la suprématie navale de la marine américaine, considérée il y a encore quelques années comme inamovible, fait désormais face à des défis inédits depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale. En outre, les chantiers navals américains eux-mêmes…

Lire l'Article

12 porte-avions, 50 frégates : l’US Navy revient sur ses fondamentaux

Dire que la planification de l’US navy a été chaotique ces 30 dernières années tiendrait de l’euphémisme. Entre des programmes calamiteux et en surcout chronique comme les destroyers Zumwalt, les corvettes Littoral Combat Ship, ou les sous-marins Seawolf, des difficultés techniques importantes comme pour les porte-avions de la classe Ford, et des objectifs marqués par des considérations politiques et économiques, et non par des besoins opérationnels, les perspectives et options de la première force navale mondiale se sont irrémédiablement assombries, alors que dans le même temps, les puissances navales de ses principaux compétiteurs comme la Russie et surtout la Chine, se sont développées avec rigueur…

Lire l'Article

L’US Navy peine toujours à définir une planification solide pour contrer la Chine

La planification industrielle défense est un exercice des plus délicats, qui doit concilier l’anticipation des besoins opérationnels et le remplacement des équipements obsolètes, les moyens de production industrielle disponibles, et les questions budgétaires. Bien souvent s’y ajoute également une contrainte forte en matière d’activité industrielle et de retombées économiques et sociales de l’investissement, rendant l’exercice encore plus difficile. Mais lorsque celui-ci doit intervenir après deux décennies de sous-investissements, de programmes créditophages sans application opérationnelle concrète, et face à un adversaire potentiel qui, de son coté, fait preuve d’une remarquable maitrise et d’une anticipation toute aussi efficace dans le domaine, l’exercice vire au cauchemar, et s’apparente…

Lire l'Article

Le module de Guerre des Mines des Littoral Combat Ship de l’US Navy a été validé

Le concept qui amena le Secrétaire à la Navy Gordon R. England (administration Bush Jr de 2001 à 2003) à donner naissance aux Littoral Combat Ships au début des années 2000, était pour le moins innovant : plutôt que de devoir construire plusieurs navires spécialisés dans différents types de mission, il suffisait de s’appuyer sur une structure modulaire permettant l’intégration dynamique des capacités requises à la demande, sous forme de modules complémentaires intégrant la technologie et les équipements requis pour la mission. De fait, les LCS devaient être capables, en changeant de modules, d’effectuer alternativement et efficacement des missions de lutte anti-sous-marine, de lutte contre…

Lire l'Article

L’US Navy veut rapidement armer et spécialiser ses Littoral Combat Ship

A la fin des années 90, deux officiers de l’US Navy, le Vice-Amiral Art Cebrowski et le Commandant Wayne Hughes, développèrent le concept de « Streetfighter », un navire combat léger (1000 tonnes), bien armé, manoeuvrant et économiques (moins de 100m$ l’unité), pour remplacer avantageusement une partie de la flotte de frégate O.H Perry et même certains destroyers dans l’inventaire de la flotte US. Ces navires compensaient leur faible tonnage par leur nombre, et devait permettre de répondre aux besoins de déploiement de l’US Navy notamment en zone de basse et moyenne intensité. Ce concept évolua rapidement vers la définition d’un nouveau type de navire, les Littoral…

Lire l'Article

L’US Navy valide de nombreux aspects de la coopération avec les drones lors de l’exercice UxS IBP

L’US Navy attendait beaucoup de l’exercice Pacific Fleet Unmanned Systems Integrated Battle Problem 21, ou UxS IBP, qui constituait la première experience grandeur nature concernant l’utilisation de drones et de navires et avions pilotés dans le domaine naval. On en sait désormais davantage sur la nature des exercices qui ont été menées, et sur les résultats, semblent-ils très prometteurs, obtenus, et ce dans des domaines variés allant du tir de missile anti-navire au delà de l’horizon au déploiement d’un essaim de drones antinavire, en passant par une simulation de chasse aux sous-marin. Les résultats obtenus permettront à l’Amiral Gilday, Chef des Opérations Navals de l’US…

Lire l'Article

L’US Navy expérimente à grande échelle la coopération entre navires et systèmes autonomes

Selon l’Amiral Gilday, Chef des opérations navale de l’US Navy, l’exercice auquel participent le destroyer lourd USS Michael Monsoor (classe Zumwalt), 4 destroyers de la classe Burke, 2 Littoral Combat Ship, le sous-marin USS USS Hampton et le LPD USS Anchorage, ainsi que les deux navires robotisés Sea Hunter et Seahawk (en illustration d’accueil avec l’USS Monsoor en arrière plan), au large de la Californie, représente une étape déterminante dans la mise en oeuvre d’une coopération entre systèmes automatisés et systèmes pilotés pour l’US Navy, et va profondément influencer la conception même de l’évolution de la flotte américaine dans années à venir. Baptisé Pacific Fleet’s Unmanned…

Lire l'Article

Missiles hypersoniques, laser : Les destroyers américains Zumwalt vont (enfin) révéler leurs capacités

Les destroyers lourds de la classe Zumwalt devaient, au début des années 90, représenter le futur fer de lance de la flotte de surface de l’US Navy. 32 unités de ce navire de 14.000 tonnes et 185 m devaient être commandées. Mais, comme ce fut plusieurs fois le cas concernant les programmes de Défense américains de l’après guerre froide, des ambitions technologiques délirantes et une gestion calamiteuse firent de cette classe un des plus importants fiasco budgétaire pour les armées américaines ces 30 dernières années. Au final, seuls 3 navires de la classe seront construits, alors que le programme aura, quand à lui, dépassé les…

Lire l'Article

L’US Navy et le Secrétaire à la Navy sont favorables au retour du commandant Crozier aux commandes de l’USS Theodore Roosevelt.

La décision de relever de son commandement le capitaine de vaisseau Brett Crozier, commandant le porte-avions USS Theodore Roosevelt, alors que celui-ci venait d’arriver à quai à Guam suite à l’explosion du nombre de cas de Covid19 à son bord, provoqua de nombreuses reactions aux Etats-Unis, tant dans l’opinion publique que dans la sphère politique et militaire. Le Secrétaire à la Navy Thomas Modly, à l’origine de cette décision, finit lui aussi par démissionner suite à des propos tenus à bord du porte-avions américains. Cet épisode peu glorieux de l’US Navy risque de connaitre un dernier rebondissement puisque, selon le New York Times, son Chef…

Lire l'Article

L’US Navy demande la priorité concernant les crédits de défense américains

Traditionnellement, le budget de La Défense américain est ventilé de manière presque égale entre l’US Army, l’US Air Force, et l’US Navy associée à l’US Marines Corps. Mais selon l’amiral Michael Gilday, Chef des Opérations Navales ou CNO, au Pentagone, ce découpage ne correspond plus aux besoins effectifs des armées, et à l’évolution des menaces qui se profile. Dans un discours prononcé devant la Surface Navy Association, l’Amiral Gilday a ainsi clairement indiqué qu’il sera nécessaire de donner la priorité en matière de Crédits à l’US Navy pour être en mesure de satisfaire aux ambitions politiques exprimées par le Président Trump, mais également pour faire…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR