Les sous-marins nucléaires d’attaque modernes

Avec l’épisode de l’annulation du contrat de sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda par l’Australie au profit de sous-marins à propulsion nucléaire américano-britanniques, les sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire ont connu, ces derniers mois, une sur-exposition médiatique relativement antinomique avec la mission par nature discrète de ces Leviathans océaniques qui constituent, aujourd’hui encore, parmi les constructions humaines les plus complexes jamais réalisées. Aussi rapides que furtifs, les sous-marins nucléaires d’attaque oui SNA, dont les missions passent de la collecte de renseignement à la lutte anti-surface, mais également à la chasse des autres sous-marins, sont aujourd’hui l’apanage exclusif des marines des 5 grandes puissances nucléaires mondiales…

Lire l'Article

Inde, Corée du Sud : la France à l’offensive dans le domaine des sous-marins nucléaires

La Ministre des Armées françaises, Florence Parly, est en deplacement en Inde cette fin de semaine pour y rencontrer son homologue indien Shri Rajnath Singh, ainsi que d’autres officiels de New Delhi, afin d’aborder plusieurs sujets dans le domaine de la coopération stratégique et industrielle entre les deux pays, partenaires et alliés de longue date. Outre la question d’une éventuelle commande supplémentaire d’avions Rafale, de la coopération dans le domaine des hélicoptères avec un ligne de mire un possible contrait pour équiper les Gardes Cotes indiens d’hélicoptères Caracal, et les questions de coopération stratégique dans le théâtre Pacifique bousculé ces derniers mois tant par la…

Lire l'Article

Sous-marins : la décision du gouvernement Australien de plus en plus contestée en Australie et aux Etats-Unis

Après une phase d’euphorie parfois malsaine suite à l’annonce de l’annulation de la commande de sous-marins Shortfin Barracuda au profit de sous-marins nucléaires américains ou britanniques et d’une alliance tripartite aux contours flous, de nombreuses voix s’élèvent désormais, en Australie, mais également aux Etats-Unis…

Lire l'Article

Japon, Inde .. La course aux sous-marins nucléaires dans le Pacifique a-t-elle débuté ?

Au lendemain de l’annonce de la création de l’alliance AUKUS rassemblant les Etats-Unis, le Royaume-Unis et l’Australie, et de la commande par ce dernier de sous-marins nucléaires d’attaque au détriment des sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda commandés à Naval Group, nous titrions « En Australie, Joe Biden ouvre une bien dangereuse boite de Pandore« , une analyse portant sur le risque de voir, avec cette manoeuvre, de nombreux pays s’absoudre de l’accord tacite qui empêchait jusqu’ici les 5 grandes nations nucléaires d’exporter des sous-marins à propulsion nucléaire. De toute évidence, cette option a en effet très rapidement de l’ampleur, notamment auprés de plusieurs grandes nations militaires…

Lire l'Article

Plus de détails sur le nouveau programme de sous-marins nucléaires australiens

Les autorités australiennes ont donné plus d’informations au sujet de l’ambition que porte le nouveau programme visant à doter la Royal Australian Navy de sous-marins nucléaires d’attaque. Et de toute évidence, Canberra n’a nullement appris de ses échecs passés, y compris de ceux autour du programme SEA 1000. En effet, selon les déclarations des autorités du pays, les nouveaux submersibles seront tous assemblés dans la sud de l’Australie, à Osborne, reproduisant donc l’une des raisons des nombreuses difficultés rencontrées lors du programme précédent, puisqu’il sera nécessaire d’établir de toute pièce une supply chain et des infrastructures entièrement nouvelles pour y parvenir. Le modèle de sous-marin…

Lire l'Article

La Royal Navy va envoyer 165.000 tonnes de diplomatie dans le Pacifique

De toute évidence, les autorités britanniques comme la Royal Navy veulent faire du premier déploiement opérationnel de longue durée de leur nouveau porte-avions, le HMS Queen Elizabeth, un événement aussi marquant que symbolique. En effet, le groupe aéronaval qui appareillera le mois prochain pour une mission de 28 semaines dans l’Océan Indien et dans l’Océan Pacifique, sera composé de pas moins de 8 navires majeurs cotés britanniques, représentant un tonnage total de 165.000 tonnes, supérieur à la jauge globale de Marines comme la Turquie ou le Brésil. Pas mois de 18 F35B embarqueront sur le HMS Queen Elizabeth, dont 8 appartenant à la Royal Air…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR