Les sous-marins nucléaires d’attaque modernes

Avec l’épisode de l’annulation du contrat de sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda par l’Australie au profit de sous-marins à propulsion nucléaire américano-britanniques, les sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire ont connu, ces derniers mois, une sur-exposition médiatique relativement antinomique avec la mission par nature discrète de ces Leviathans océaniques qui constituent, aujourd’hui encore, parmi les constructions humaines les plus complexes jamais réalisées. Aussi rapides que furtifs, les sous-marins nucléaires d’attaque oui SNA, dont les missions passent de la collecte de renseignement à la lutte anti-surface, mais également à la chasse des autres sous-marins, sont aujourd’hui l’apanage exclusif des marines des 5 grandes puissances nucléaires mondiales…

Lire l'Article

Inde, Corée du Sud : la France à l’offensive dans le domaine des sous-marins nucléaires

La Ministre des Armées françaises, Florence Parly, est en deplacement en Inde cette fin de semaine pour y rencontrer son homologue indien Shri Rajnath Singh, ainsi que d’autres officiels de New Delhi, afin d’aborder plusieurs sujets dans le domaine de la coopération stratégique et industrielle entre les deux pays, partenaires et alliés de longue date. Outre la question d’une éventuelle commande supplémentaire d’avions Rafale, de la coopération dans le domaine des hélicoptères avec un ligne de mire un possible contrait pour équiper les Gardes Cotes indiens d’hélicoptères Caracal, et les questions de coopération stratégique dans le théâtre Pacifique bousculé ces derniers mois tant par la…

Lire l'Article

Quelles sont les forces et les faiblesses de la Marine Nationale ?

L’entrée en service de la nouvelle frégate Alsace, qui offre des capacités anti-aériennes renforcées tout en conservant les capacités de lutte anti-sous-marine et de lutte anti-navire des FREMM de la classe Aquitaine, a été, à juste titre, saluée comme un pas important dans l’effort de modernisation de la Marine Nationale. De nombreux autres programmes sont en cours pour soutenir cet effort, dont les frégates de défense et d’intervention FDI, les sous-marins nucléaires d’attaque de la classe Suffren, les Pétroliers ravitailleurs de la classe Jacques Chevallier, les futurs Patrouilleurs Océaniques ou encore le programme de guerre des Mines SLAM-F, tous devant entrer en service au cours…

Lire l'Article

Après une prouesse technologique de Naval Group, le sous-marin Perle est de retour à Toulon

Le sous-marin nucléaire d’attaque la Perle rejoint, ce début de semaine, son port d’attache de Toulon, après une prouesse technologique des ingénieurs et des personnels de Naval Group, ayant permis de greffer la tranche avant du sous-marin Saphir désarmé en 2019 à la tranche arrière de la Perle, après qu’un incendie ait détruit l’avant du navire le 12 juin 2020 alors que le navire était en phase de modernisation et d’entretien. Non seulement cette procédure permit de préserver le sous-marin que beaucoup considéraient comme perdu, mais le nouveau bâtiment, qui concerne le nom de baptêmes La Perle de sa tranche arrière, se verra doter de…

Lire l'Article

Sous-marins Indiens : la compétition à ne pas rater pour Naval Group

Après le retrait de Kockums et de son sous-marin A26 Océanique en début d’année 2020, c’est désormais au tour de l’allemand TKMS et de son Type 214 de jeter l’éponge dans la compétition indienne P75i qui vise à construire 6 sous-marins océaniques à propulsion anaérobie AIP dans les chantiers navals du pays, avec une importante dimension de transfert de technologie. Il reste 4 constructeurs engagés dans cette compétition : l’espagnol Navantia avec le S-80 Plus, le sud-coréen Huyndaï avec le DSME-3000 dérivé de la classe Dosan Ahn Changho, le Russe Rubin avec la classe Amur, et le SMX 3.0 du français Naval Group, dérivé du…

Lire l'Article

Sous-marins : la décision du gouvernement Australien de plus en plus contestée en Australie et aux Etats-Unis

Après une phase d’euphorie parfois malsaine suite à l’annonce de l’annulation de la commande de sous-marins Shortfin Barracuda au profit de sous-marins nucléaires américains ou britanniques et d’une alliance tripartite aux contours flous, de nombreuses voix s’élèvent désormais, en Australie, mais également aux Etats-Unis…

Lire l'Article

Japon, Inde .. La course aux sous-marins nucléaires dans le Pacifique a-t-elle débuté ?

Au lendemain de l’annonce de la création de l’alliance AUKUS rassemblant les Etats-Unis, le Royaume-Unis et l’Australie, et de la commande par ce dernier de sous-marins nucléaires d’attaque au détriment des sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda commandés à Naval Group, nous titrions « En Australie, Joe Biden ouvre une bien dangereuse boite de Pandore« , une analyse portant sur le risque de voir, avec cette manoeuvre, de nombreux pays s’absoudre de l’accord tacite qui empêchait jusqu’ici les 5 grandes nations nucléaires d’exporter des sous-marins à propulsion nucléaire. De toute évidence, cette option a en effet très rapidement de l’ampleur, notamment auprés de plusieurs grandes nations militaires…

Lire l'Article

Barracuda, Shortfin, Scorpene : Quelles alternatives pour accroitre la flotte sous-marine française ?

Depuis plusieurs mois, plusieurs Députés et Sénateurs français, qu’ils appartiennent à la majorité présidentielle ou à l’opposition, ont de manière répétée et de plus en plus précise, interrogé la Ministre des Armées Florence Parly comme les Chefs d’Etat-Major sur les capacités et les déficiences des armées françaises dans le domaine du combat de haute intensité et de la dissuasion nucléaire. Drones de combat, flotte de chasse ou de frégates, second porte-avions et véhicules blindés, de nombreux sujets ont été abordés, avec la crainte bien réelle exprimée par les parlementaires selon laquelle les capacités opérationnelles des armées françaises seraient, dans les années à venir, insuffisantes pour…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR