12 porte-avions, 50 frégates : l’US Navy revient sur ses fondamentaux

Dire que la planification de l’US navy a été chaotique ces 30 dernières années tiendrait de l’euphémisme. Entre des programmes calamiteux et en surcout chronique comme les destroyers Zumwalt, les corvettes Littoral Combat Ship, ou les sous-marins Seawolf, des difficultés techniques importantes comme pour les porte-avions de la classe Ford, et des objectifs marqués par des considérations politiques et économiques, et non par des besoins opérationnels, les perspectives et options de la première force navale mondiale se sont irrémédiablement assombries, alors que dans le même temps, les puissances navales de ses principaux compétiteurs comme la Russie et surtout la Chine, se sont développées avec rigueur…

Lire l'Article

Les sous-marins nucléaires d’attaque modernes

Avec l’épisode de l’annulation du contrat de sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda par l’Australie au profit de sous-marins à propulsion nucléaire américano-britanniques, les sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire ont connu, ces derniers mois, une sur-exposition médiatique relativement antinomique avec la mission par nature discrète de ces Leviathans océaniques qui constituent, aujourd’hui encore, parmi les constructions humaines les plus complexes jamais réalisées. Aussi rapides que furtifs, les sous-marins nucléaires d’attaque oui SNA, dont les missions passent de la collecte de renseignement à la lutte anti-surface, mais également à la chasse des autres sous-marins, sont aujourd’hui l’apanage exclusif des marines des 5 grandes puissances nucléaires mondiales…

Lire l'Article

Le programme de sous-marins nucléaires australiens va-t-il péricliter ?

Personne n’a oublié l’annonce fracassante faite par le premier ministre australien, Scott Morrison, en compagnie de son homologue britannique Boris Johnson et du président américain Joe Biden en septembre 2021, qui mit fin au programme franco-australien de sous-marins Shortfin Barracuda au profit d’une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire réalisées dans le cadre d’une nouvelle alliance rassemblant les 3 pays, et désignée par l’acronyme AUKUS. Il est vrai que le programme de sous-marins océaniques à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda australien avait été sous le feu des critiques depuis plusieurs années, notamment en raison d’une enveloppe budgétaire globale de 90 Md$ australiens présentée comme gargantuesque auprés…

Lire l'Article

Inde, Corée du Sud : la France à l’offensive dans le domaine des sous-marins nucléaires

La Ministre des Armées françaises, Florence Parly, est en deplacement en Inde cette fin de semaine pour y rencontrer son homologue indien Shri Rajnath Singh, ainsi que d’autres officiels de New Delhi, afin d’aborder plusieurs sujets dans le domaine de la coopération stratégique et industrielle entre les deux pays, partenaires et alliés de longue date. Outre la question d’une éventuelle commande supplémentaire d’avions Rafale, de la coopération dans le domaine des hélicoptères avec un ligne de mire un possible contrait pour équiper les Gardes Cotes indiens d’hélicoptères Caracal, et les questions de coopération stratégique dans le théâtre Pacifique bousculé ces derniers mois tant par la…

Lire l'Article

L’US Navy doit prolonger la vie de ses sous-marins pour faire face à la Chine

L’US Navy a beau disposer de la plus imposante flotte sous-marine nucléaire et de l’industrie la plus performante au niveau mondial dans ce domaine, pour faire face à la Chine, elle manque de navires. En effet, en dépit des 53 Sous-marins nucléaires d’attaque des classe Los Angeles, Seawolf et Virginia en service, elle fait tout juste jeu égal avec les 6 SNA classe Shang (Type 09III/A), et les 44 sous-marins à propulsion conventionnelle des classe Song (14 unités), Improved Kilo (8+2 unités) et Yuan (18 unités dotées d’une propulsion anaérobie). En outre, la flotte chinoise dispose de nombreux atouts opérationnels en cas de confrontation avec…

Lire l'Article

Les Sous-marins nucléaires américains auraient été construits avec un acier de moindre qualité

Voilà une information qui tombe plutôt mal, alors que l’US Navy est engagée dans une course stratégique avec la Marine chinoise, et que l’Australie a dénoncé le contrat pour la construction de 12 sous-marins Shortfin Barracuda français pour se tourner vers une solution nucléaire très probablement en provenance des Etats-Unis. En effet, Elaine Marie Thomas, ancienne directrice de la fonderie de Tacoma, a plaidé coupable d’avoir falsifié des compte-rendus qualitatifs concernant l’acier livré aux chantiers navals Electric Boat et Newport News Shipbuilding entre 1985 et 2017, acier utilisé pour la construction des sous-marins nucléaires de la Marine américaine. Selon le rapport d’enquête, 240 lots d’acier…

Lire l'Article

Sous-marins : la décision du gouvernement Australien de plus en plus contestée en Australie et aux Etats-Unis

Après une phase d’euphorie parfois malsaine suite à l’annonce de l’annulation de la commande de sous-marins Shortfin Barracuda au profit de sous-marins nucléaires américains ou britanniques et d’une alliance tripartite aux contours flous, de nombreuses voix s’élèvent désormais, en Australie, mais également aux Etats-Unis…

Lire l'Article

L’Australie envisage de louer des sous-marins américains comme solution d’attente

Parmi les questions qui émergèrent au sujet de l’alliance AUKUS et de l’acquisition par Canberra de sous-marins nucléaires d’attaque auprés de ses partenaires américains et britanniques, en lieu et place des sous-marins Shortfin Barracuda initialement commandés auprés de la France, la question du délais de mise en oeuvre de cette mesure était l’une des plus significatives et lourdes d’implications. En effet, nul n’ignorait qu’il faudrait plus d’une quinzaine d’années à l’industrie australienne pour espérer livrer un sous-marin nucléaire opérationnel à sa marine, et ce alors que ses propres sous-marins de la classe Collins marquent déjà le poids des années. Il semble que les autorités australiennes…

Lire l'Article

Plus de détails sur le nouveau programme de sous-marins nucléaires australiens

Les autorités australiennes ont donné plus d’informations au sujet de l’ambition que porte le nouveau programme visant à doter la Royal Australian Navy de sous-marins nucléaires d’attaque. Et de toute évidence, Canberra n’a nullement appris de ses échecs passés, y compris de ceux autour du programme SEA 1000. En effet, selon les déclarations des autorités du pays, les nouveaux submersibles seront tous assemblés dans la sud de l’Australie, à Osborne, reproduisant donc l’une des raisons des nombreuses difficultés rencontrées lors du programme précédent, puisqu’il sera nécessaire d’établir de toute pièce une supply chain et des infrastructures entièrement nouvelles pour y parvenir. Le modèle de sous-marin…

Lire l'Article

En Australie, Joe Biden ouvre une bien dangereuse boite de Pandore

Depuis la confirmation de l’annulation du contrat portant sur l’acquisition de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle Shortfin Barracuda conçus par le français Naval Group, et l’intégration de Canberra dans une alliance tripartite avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne incluant, entre autres choses, la vente de sous-marins nucléaires d’attaque américains, la communauté défense est en émoi, notamment en France. « Coup de poignard », « Trahison » .. les qualificatifs ne manquent pas concernant le fond, mais également la forme avec laquelle cette décision a été rendue publique, portant gravement atteinte à l’image internationale de l’industrie navale militaire française pour de nombreuses années. En revanche, bien peu, y compris parmi…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR