Thales dołącza do programu Tempest

Il n’y aura pas que MBDA qui profitera de sa double-nationalité franco-britannique dans la compétition stérile qui se prépare entre le Tempest et le FCAS. En effet, le groupe Thales vient d’annoncer avoir signé un protocole d’entente, ou Mémorandum of Understanding, avec l’avionneur britannique Aeralis, pour concevoir un simulateur de vol et un outil de gestion de la progression des stagiaires sur Tempest, avec pour objectif de pouvoir présenter un démonstrateur au Salon de Farnborough de 2022.

La démarche visant à concevoir un avion d’entraînement et son environnement de formation au sein du programme Tempest est interessante à plus d’un titre. D’une part, le besoin sera effectivement présent puisque le Tempest doit entrer en service en 2035, date à laquelle les avions d’entrainement Hawk de la RAF devront être retirés du service. D’autre part, cela permet de concevoir une formation optimisée pour le nouvel appareil, qui sera appelé à être la colonne vertébrale de la RAF pour plusieurs décennies.

Enfin, cela permettra de proposer, à l’exportation, une solution complète intégrant non seulement le volet matériel et doctrinal, mais également le volet humain, dans le domaine de la puissance aérienne. Il serait d’ailleurs peut-être pertinent pour Thales et Aeralis de dépasser le cadre du Tempest , et de proposer une solution de formation couvrant les 3 appareils qui seront en service dans la RAF en 2035 et au delà, à savoir le Tempest, le Typhoon et le F35, en intégrant des interfaces et des commandes de vol reproduisant au plus prêt celles de chacun des appareils.

F35B i Typhoon RAF Actualités Défense | Aviation d'entrainement et d'attaque | Aviation de chasse
Outre le Tempest, le Typhoon et le F35 seront en service dans la RAF en 2035 et pendant de nombreuses années

Reste que le programme Tempest fédère de plus en plus autour de lui en Europe. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que le binôme BAe/Rolls-Royce est également présent dans le programme T-FX turc, et propose des solutions attractives pour les programmes Japonais et Sud-Coréens d’avions de 5ème génération. Et si le programme FCAS apparait sans nul doute comme le plus ambitieux, le Tempest apparait, quand à lui, le plus pragmatique, ce qui n’est pas pour déplaire à d’éventuels partenaires supplémentaires, comme l’Italie, la Grèce, les Pays-bas et même la Norvège.

Or, comme le soulignait le rapport sénatorial sur l’Europe de La Défense à ce sujet, plus le temps passe, plus la fenêtre d’opportunités pour passer de deux programmes européens fabriquant le même avion, à un programme européen fabricant une gamme d’appareils, se réduit, et il sera bientôt impossible, tant politiquement que technologiquement, de fusionner les programmes pour éviter de refaire l’aberration Typhoon/Rafale/Gripen. Ce sujet mérite d’être pris à bras le corps et rapidement par les plus hautes autorités de l’Etat, seules susceptibles d’infléchir la trajectoire actuellement suivie.

- Reklama -

Na dalej

PORTALE SPOŁECZNOŚCIOWE

Ostatnie artykuły