Estará Emmanuel Macron a abrir uma porta para uma reaproximação franco-russa?

« L’OTAN est en état de mort cérébrale ». C’est par cette phrase lourde de sens que le président français a jugé, dans une interview donnée au quotidien britannique « The Economist », l’incapacité de l’OTAN à répondre aux écarts de positions très marqués entre les Européens, Washington et Ankara, notamment au sujet de la crise syrienne.

Emmanuel Macron porte également une charge que l’on peut qualifier de « peu diplomatique » contre la décision unilatérale du président américain de retirer ses troupes du nord de la Syrie, action ayant été perçue par le président turc comme un accord tacite pour déclencher l’opération militaire contre les kurdes du YPG qui, selon le dernier décompte, aura couté la vie à près de 500 combattants kurdes qui, jusque-là, se battaient au côté des forces américaines et françaises pour neutraliser Daech.

Mais si les positions exprimées par le président français focalisent le débat médiatique en Europe, notamment dans les pays les plus proches de l’OTAN, c’est avant tout l’ouverture faite vers Moscou qui apparait comme étant la plus riche de conséquences potentielles.

En effet, sans pour autant se montrer particulièrement tendre avec les dirigeants russes, le président Macron a appelé Moscou à se rapprocher de ses partenaires européens, si la Russie ne voulait pas devenir, à plus ou moins long terme, un satellite de Pékin.

Invasion turquie syrie Rapport de force militaire | Analyses Défense | Communication institutionnelle défense
La responsabilité des Etats-Unis et l’absence de réaction de l’OTAN à l’offensive turque dans le nord de la Syrie sont durement jugées par le président français

Il est vrais qu’en intensifiant les relations commerciales et militaires avec la Chine, le Kremlin risque fort de se mettre dans une situation de dépendance économique, stratégie dans laquelle Pékin excelle. Et de voir, petit à petit, les marqueurs de l’indépendance de la Russie, qui font aujourd’hui la fierté du pays, passer sous le contrôle direct ou indirect des autorités chinoises.

Déjà, dans plusieurs Oblasts de Sibérie orientale, la population russe est inférieure en nombre à la population de métayers chinois, exploitant les terres agricoles délaissées par les russes qui, pour beaucoup, préfèrent migrer vers la Russie « Européenne » au delà de l’Oural.


LOGO meta defense 70 Rapport de force militaire | Analyses Défense | Communication institutionnelle défense

O restante deste artigo é apenas para assinantes -

Os Assinaturas clássicas fornecer acesso a
todos os artigos sem publicidade, a partir de € 1,99.

- Publicidade -

Para mais

REDES SOCIAIS

Últimos artigos