Tyskland vill anpassa Natos kärnvapenbomber på Typhoon

- Annons -

Les Etats-Unis, et plus particulièrement l’US Air Force et Lockheed, ne sont pas prêts à laisser le marché européen et le contrôle des forces aériennes européennes leur échapper. Et pour cela, ils utilisent l’argument massue, la dissuasion nucléaire.

En effet, plusieurs pays européens, comme l’Allemagne et la Belgique, dispose d’un stock de bombes nucléaires tactiques B-61, pouvant être larguées par F-16 et Tornado, dont le contrôle opérationnel reste cependant aux mains des Etats-Unis.

Cette procédure avait été mise en place pour pouvoir faire face, si besoin est, à un assaut massif de l’Union Soviétique contre l’OTAN, empêchant une riposte des Etats-Unis dans les délais trop courts. 

- Annons -

Aujourd’hui, les autorités américaines « jouent la montre » en signifiant très officiellement que l’adaptation des B-61 aux appareils européens, comme le TyphoonOr Rafale, prendrait beaucoup de temps, d’autant qu’il sera nécessaire d’adapter cette munition au F-35 dans un premier temps. 

S’ajoute un argument très discutable sur la capacité de survie du F-35, furtif, présentée comme très supérieure à celle des appareils non furtifs, comme le TyphoonMedan l’Allemagne a demandé de certifier celui-ci pour emporter la B61. Cet argument est très relatif, que ce soit en raison du très faible rayon d’action du F-35 en version furtive (donc sans réservoirs supplémentaires), des radars basse fréquence et passifs, et des capacités de brouillage des appareils modernes, surtout dans un profil de vol très basse altitude.

Au delà de la mauvaise foi évidente des autorités US, on peut s’interroger de la pertinence aujourd’hui d’une bombe gravitationnelle nucléaire. Car les sites nécessitants une telle puissance de feu seront évidemment très fortement défendus, par les meilleurs systèmes d’armes adverses. Or, aujourd’hui, les S-400 et futurs S-500 russes disposent de radars UHF capables de détecter les F35 et F22, comme le sont les nouveaux Mainstay de détection aéroportée. En outre, même en l’absence de ces systèmes de détection, un F-35 ou un F-22 ne sera indétectable que jusqu’à 30 ou 40 km d’un radar moderne AESA, soit très au delà de la portée de frappe de la B61.

- Annons -

Enfin, il est indispensable de s’interroger sur la notion d’arme nucléaire tactique, soit disant des armes nucléaires permettant de contrôler la conflictualité pour rester en dessous du seuil d’emploi des armes stratégiques. 

Au final, l’argument des armes nucléaires tactiques est particulièrement ambigu. Il serait probablement bien plus performant de trouver, avec la France, et éventuellement la Grande-Bretagne, des accords de défense sur ‘l’utilisation des armes nucléaires et la protection de l’intégrité territoriale. Peut être que l’adaptation de l’ASMP, avec des procédures similaires à celle de l’emploi des B-61, serait la réponse indispensable pour la création du socle pour la construction de l’Europe de la Défense ?

- Annons -

För vidare

SOCIALA NÄTVERK

Senaste artiklarna