Storbritannien vill utvidga Natos artikel 5 till cyberattacker

- Annons -

Natoländer kan, om de är föremål för militär aggression, vädja till artikel 5 i Alliansen, känd som "Artikel om kollektivt försvar". I själva verket skulle attacken mot detta medlemsland bli en attack mot alla alliansens länder. Varje land skulle emellertid vara fritt att använda de medel det skulle använda för att bekämpa denna aggression och ge hjälp till det attackerade landet. Denna artikel har bara åberopats en gång sedan skapandet av Atlantic Alliance, efter attackerna den 11 september 2001, av Förenta staterna, vilket kommer att utlösa Natos ingripande i Afghanistan.

Inför uppgången i cyberattacker mot alltmer strategiska mål, attacker som kräver statliga tillgångar och färdigheter, sa den brittiska utrikesministern Jeremy Hunt vid en konferens i Storbritannien. Nato tillägnad cyberförsvar har tillräckligt med element för att vädja till detta artikel 5 i kollektivt försvar. Enligt ministern pekar alla ledtrådar på Ryssland, som skulle försöka ha många strategiska medel för att immobilisera landet genom en cyberattack, om behovet uppstod. Han ifrågasatte också samma Ryssland om inblandning i valprocesser i USA, som i Ukraina. Och att dra slutsatsen att det verkligen skulle vara relevant att skapa en "artikel 5bis", mer anpassad än de nuvarande artiklarna, för att ta hänsyn till verkligheten i cyberattacker.

Reste qu’il est très difficile d’identifier avec certitude l’origine d’une attaque Cyber, et qu’il est parfaitement possible de faire pointer les indices dans une direction particulière. Eu égard aux manipulations de « preuves » qui ont déjà eu lieu pour justifier certaines actions militaires, créer une mécanique forte au sein de l’alliance concernant la réponse à apporter face à un offensive digitale, risquerait d’ouvrir la voie a des opportunités de manipulations de l’opinion publique, voir des nations alliées. C’est d’autant plus vrais qu’il est virtuellement impossible de vérifier objectivement la matérialité de l’attaque, ni son origine, sans disposer d’un accès disposant de très hauts privilèges dans les systèmes d’information, ce qui, évidemment, serait très difficile à imaginer, même entre alliés.

- Annons -

De fait, même si la Défense Cyber doit sans le moindre doute faire l’objet d’une très importante priorité en Europe, et si les membres de l’OTAN comme de l’UE ont tout intérêt à collaborer au plus haut niveau dans ce domaine, il parait hasardeux d’inclure cette hypothèse dans un « article 5 bis ». Des moyens de sauvegarde et de protection périmétrique des infrastructures sensibles, couplés à des procédures permettant une reprise d’activité ou un fonctionnement en mode dégradé de ces infrastructure, et des moyens de riposte cyber pouvant être supra-nationaux, apparaissent à la fois adaptés et proportionnés pour faire face à la menace.

Une chose est certaine : Si les offensives cyber, attribuées à raison ou à tort à la Russie, constituent une menace aujourd’hui en temps de paix, c’est que les infrastructures stratégiques européennes n’ont qu’une très faible résilience en cas de conflit majeure, donc qu’au delà des faiblesses des armées européennes déjà évoquées, l’existence même de l’Europe en tant que société politique et économique serait en grand danger dès l’entame d’un tel conflit.

Peut-être est-ce ce point, plus que tout autre, qui devrait concentrer l’attention des politiques européens dans les années à venir, en matière de Défense européenne.

- Annons -

För vidare

SOCIALA NÄTVERK

Senaste artiklarna