Quelles conséquences de l’acquisition de 25 chasseurs J-10CE chinois par le Pakistan ?

Cela faisait 13 ans, depuis 2008, que les autorités pakistanaises étudiaient la possibilité d’acquérir une flotte de chasseur monomoteurs J-10 auprés de Pékin, et de nombreuses rumeurs ont annoncé la commande comme imminente à plusieurs reprises. C’est désormais choses faites, puisque celles-ci ont confirmé avoir signé un contrat pour acquérir 25 J-10CE, version export du J-10C en service au sein des forces aériennes de l’Armée Populaire de Libération, afin d’équiper deux escadrons de 12 appareils. Si le montant du contrat n’est pas mentionné, son calendrier, lui, semble particulièrement court, puisqu’il est question de presenter le nouvel appareil lors des célébrations du jour de la République, le 23 mars, l’une des deux fêtes nationales du pays, hypothèse accréditée par des observations sur le site de production de l’avionneur Chengdu qui fabrique le chasseur chinois. Au delà des questions de posture traditionnelles dans l’opposition indo-pakistanaise, l’arrivée de ces chasseurs va sensiblement bouleverser l’équilibre des forces dans cette région du monde déjà marquée par d’importantes tensions entre puissances nucléaires.

Une réponse à l’arrivée des Rafale indiens

Il ne fait aucun doute, et c’est par ailleurs ouvertement annoncé par les autorités pakistanaises elles-mêmes, que l’acquisition de ces 25 chasseurs pour les forces aériennes pakistanaises constitue une réponse à l’entrée en service des 36 avions Rafale acquis par l’Inde auprés de la France. En effet, le chasseur chinois dispose de nombreuses caractéristiques qui, sans égaler les performances de l’avion français, en font un adversaire autrement plus sérieux que les F-16 et JF-17 actuellement en service au sein des forces aériennes Pakistanaises. Outre son radar AESA, le J-10CE peut en effet mettre en oeuvre des munitions modernes, comme le missile PL-10 à guidage infrarouge bien plus performant que son prédécesseur, le PL-8, et surtout le missile à longue portée PL-15E, version export du PL-15, donné pour avoir une portée de l’ordre de 150 km, en faisant une réponse directe au Meteor et aux Mica/NG mis en oeuvre par les Rafale indiens.

l’une des caractéristiques les plus remarquables du J-10CE est sa capacité mettre en oeuvre les nouveaux missiles air-air chinois PL-10 (pylônes extérieurs) à guidage infrarouge, et PL-15 (pylônes intérieurs) à longue portée

Pour autant, selon les informations disponibles en occident, le PL-15 n’égale pas le Meteor, puisque le missile chinois est avant conçu pour éliminer des cibles imposantes à grande distance, comme des avions ravitailleurs ou des avions radar, là ou le missile européen peut, quant à lui, prendre à parti d’agiles chasseurs, même à grande distance. Il n’en demeure pas moins vrai que ces nouveaux missiles, servis par le nouvel appareil, représenteront une menace importante pour le dispositif aérien indien faisant face au Pakistan, notamment contre les appareils les plus anciens des forces aériennes indiennes comme les Jaguar, voire les Su-30MKI. Or, si les Rafale indiens sont effectivement en mesure de prendre l’ascendant sur les J-10CE pakistanais, et si les mirage 2000 peuvent faire jeu égal avec ces appareils, ceux-ci sont peu nombreux au sein des forces aériennes indiennes, trop peu nombreux pour couvrir simultanément le front pakistanais et chinois, entrainant une évolution sensible du rapport de force régional.

Caractéristiques et performances du J-10C


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR