Les nouveaux missiles anti-navires hypersoniques chinois changent la donne dans le Pacifique

La Chine aurait-elle ravi la politesse à la Russie en déployant un missile hypersonique anti-navire à bord de ses nouveaux destroyers lourds Type 055 ? C’est en tout cas la question qui se pose suite à la publication de photos montrant le tir d’un missile identifié comme YJ-21 à partir d’un de ces navires, laissant supposer que le missile pourrait être effectivement en service, ou tout au moins en phase de test avancée. Comme si cette seule nouvelle ne suffisait pas, de nouvelles photos ont été diffusées montrant un bombardier naval à long rayon d’action H-6N emportant lui aussi un missile balistique anti-navire, que les experts estiment être le CJ-21, la version aéroportée du YJ-21, lui même dérivé du fameux missile balistique anti-navire à longue portée DF-21D mis en oeuvre à partir de lanceurs terrestres depuis le début des années 2010, et ayant déjà provoqué, avec une portée de 1700 km, un profond bouleversement dans la liberté d’action des forces navales et aéronavales américaines et occidentales à proximité des cotes chinoises.

Pour autant, l’US Navy avait, depuis plusieurs années, mis en oeuvre une parade à la menace que représente les DF-21D et son grand frère de FD-26 d’une portée de 4500 km. En effet, à l’instar de la surveillance des tirs de missiles balistiques formant la force de dissuasion chinoise, le déploiement et les tirs de ces batteries de missiles anti-navires sont précisément suivis par les satellites d’observation et de renseignement américain. En cas de tir agressif contre un navire américain, cette détection précoce permettrait aux navires d’escorte de mettre en oeuvre leurs armes anti-balistiques, le missile SM-3, pour intercepter la menace avant qu’elle ne frappe sa cible. Dans le même temps, la menace que représentaient les missiles de croisière anti-navires supersoniques YJ-12 et CJ-12, des armes au profil de vol comparable à celui des Kalibr russes, mis en oeuvre respectivement par les navires (destroyers et sous-marins) et les aéronefs de l’aéronavale chinoise, était à la portée des missiles anti-aériens SM2 des destroyers et croiseurs américains. De fait, même si elle ne devait pas être négligée, la menace représentée par les nouveaux missiles anti-navires chinois apparus ces dernières années était contenue par la Marine américaine et ses alliés.

Bombardier à long rayon d’action H-6N emportant un missile balistique, probablement un CJ-21

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR