En ramenant à 57 appareils le programme MMRCA 2, l’Inde accroit les chances du Rafale de s’imposer

En 2001, New Delhi lançait une très importante compétition visant à acquérir 114 avions de combat moyens pour remplacer ses Mig-27 et Jaguar qui devaient arriver en limite d’âge d’ici la fin des années 2010. En 2012, les autorités indiennes annonçaient la victoire du Dassault Rafale, et l’entame de négociations pour la production industrielle locale de ces appareils destinés à l’Indian Air Force. Toutefois, de nombreuses difficultés vinrent handicaper les discussions, notamment concernant la participation de l’industriel d’état HAL, amenant Paris et New Delhi à annoncer en 2015 l’annulation de cette opération, remplacée par une commande ferme de 36 Rafale produits en France. Pour autant, et si les nouveaux Rafale indiens arrivés depuis en escadron ont permis à New Delhi de compenser en parti la baisse constante du nombre de ses escadrons de combat opérationnels, il devint rapidement nécessaire de lancer une nouvelle compétition, notamment pour compenser le retrait annoncé des Mig-21 Bison de plus en plus dépassés par les nouveaux appareils chinois et Pakistanais.

La compétition MMRCA 2 fut lancée en 2018, initialement pour acquérir 110 chasseurs légers afin de remplacer les Bison. Mais suite à un intense lobbying de l’IAF faisant face à une diminution importante de ses capacités opérationnelles, les autorités indiennes annoncèrent une année plus tard que les appareils moyens étaient eux-aussi autorisés à concourir. De fait, ce qui devait initialement être une compétition entre le JAS-39 Gripen E/F suédois et le F-21 de Lockheed-Martin, en réalité un F-16 Block 70 renommé pour permettre une fabrication locale, se transforma en une redite de la première compétition, avec l’arrivée, en plus de ces deux appareils, du F-15EX et du F/A 18 E/F Super Hornet de Boeing, de l’Eurofighter Typhoon, du Su-35 russe et du Rafale français. Depuis, en dépit de nombreuses rumeurs, la situation n’avait guère évolué, alors que dans le même temps, les autorités indiennes mirent en oeuvre une politique de production locale de plus en plus ambitieuse et restrictive, rendant les négociations difficiles avec les constructeurs.

L’arrivée des premiers Rafale en Inde en 2020 constitua un événement politique et médiatique dans le pays

Selon le site economique indien businesswolrd.in, un nouveau rebondissement est intervenu récemment, puisque New Delhi aurait décidé de ramener les ambitions du programme MMRCA 2 de 114 à 57 appareils, tout en conservant les impératifs de transfert de technologie et de fabrication locale, de sorte à promouvoir la stratégie du Make in India, et de préparer l’arrivée des nouveaux appareils de facture indienne des programmes LCA Mk2 et AMCA. Or, une telle décision rebat en profondeur les cartes quant aux arbitrages qui seront menés d’ici la fin d’année par New Delhi concernant ce contrat, et de manière induite, renforce considérablement les chances de voir le Rafale s’imposer une nouvelle fois en Inde. En effet, l’appareil français peut s’appuyer sur plusieurs atouts plus que conséquents pour prendre l’ascendant sur ses concurrents américains, russes et européens.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR