Le retour en grâce du char léger dans les armées modernes (1ère partie / 2)

Il y a quelques jours, le 1er Régiment Etranger de Cavalerie basé à Carpiagne, a perçu les deux premiers Engins Blindés de Reconnaissance et de Combat, ou EBRC, également désignés Jaguar, pour remplacer ses chars légers AMX10RC. Si les armées françaises, habituées des opérations exterieures en Afrique et au Moyen-Orient, n’ont jamais fait l’impasse sur ce type de blindés associant puissance de feu et mobilité avec l’AMX10RC et l’ERC-90, une très grande majorité des forces armées mondiales les retirèrent de leurs inventaires sur fonds de restructuration après la fin de la guerre froide. Plus récemment, la conjonction du durcissement des engagements asymétriques d’une part, et le retour de l’hypothèse des combats de haute intensité d’autre part, amenèrent plusieurs grandes armées à reconsidérer leurs positions, et à se doter à nouveau de chars légers pour compléter leurs parcs blindés. Au delà du jaguar français, de nombreux nouveaux modèles furent développés ces dernières années pour rejoindre les grandes armées mondiales, comme le Type 15 chinois, le Sprut-SD russe ou le MFP américain. Quelles sont les performances et les doctrines d’emploi de ces materiels appelés à jouer un rôle croissant dans les engagements militaires à venir ?

Cette synthèse en deux parties présentera les caractéristiques des principaux modèles de chars légers en dotation ou en developpement dans le monde, avec le Type 15 chinois, l’EBRC Jaguar français, le MFP américain et le 2S25 Sprut-SD russe en première partie, suivis du Centauro II italien, du KF-41 Lynx 120 allemand, du KF-21 105 sud-coréen et du Kaplan MT indonésien en seconde partie.

Chine : Type 15

Présenté pour la première fois publiquement en octobre 2019 à l’occasion de l’imposant défilé militaire célébrant les 75 ans de l’Armée Populaire de Libération, le char léger Type 15 marque, avec le char lourd Type 99/A, l’émancipation des armées et de l’industrie chinoise du modèle soviétique puis russe. En effet, si les forces terrestres russes n’exploitent pas, à proprement parler, de chars légers identifiés comme tels dans leur inventaire (en dehors des forces aéroportées), déléguant ce type de mission aux véhicules de combat d’infanterie voire aux chars lourds, les forces chinoises se doivent d’intervenir dans certains environnements particulièrement hostiles aux blindés lourds, comme les hauts plateaux himalayens face à l’Inde, ou les jungles sub-tropicales face au Vietnam. Le char léger Type 15 a précisément été développé dans cette optique afin de remplacer le Type-62 (à ne pas confondre avec le T-62 soviétique), un char léger de 20 tonnes armé d’un canon de 85mm produit de 1962 à 1989 à plus de 1500 exemplaires. A peine entré en service, le Type 15 fut très rapidement déployé sur le plateau du Ladakh pour faire la démonstration de son efficacité. Il faut croire que la démonstration a porté ses fruits, puisque la DRDO, l’agence de l’armement indienne, a annoncé peu après le developpement d’un char léger national, le Zarowar, précisément pour le même type de mission sur les mêmes théâtres que le Type 15.

Le Type 15 a été déployé des 2019 sur les plateaux himalayens le long de la ligne de démarcation avec l’Inde

Long de 9 mètres pour 3.3 mètres de largeur et 2,5 mètres de hauteur, le Type 15, également désigné VT-5 à l’export, est un char de 35 tonnes avec blindage réactif, ce qui en son temps aurait pu le classer dans la catégorie des chars moyens, puisque proche dans ses dimensions comme dans sa masse de l’AMX30 ou du T-62. Il est d’ailleurs armé d’un canon haute pression de 105 mm rayé, comme le char français. Pour autant, les comparaisons s’arrêtent là avec ces chars des années 60. En effet, le Type-15 est un blindé parfaitement moderne, disposant de l’ensemble des acquis technologiques du moment, avec un blindage composite et des tuiles de blindage réactif, une Vetronique et des systèmes de communication parfaitement modernes, une visée stabilisée et un système de chargement automatique lui autorisant un équipage de 3 personnes. En outre, le blindé pourrait recevoir un système de protection hard-kill en plus de ces protections actives (brouilleurs, fumigène et leurres). Surtout, il est propulsé par un très puissant moteur 8V132 développant 1000 cv, lui conférant un extraordinaire rapport puissance/poids de 28 cv par tonne, et donc une mobilité remarquable, y compris sur terrain instable.

Le Type 15 est proposé à l’export sous la destination VT-5 a un prix très attractif de l’ordre de 3 m$ l’unité

Le char chinois a été conçu non seulement pour accroitre la puissance de feu des unités chinoises en terrain difficile, mais également pour être aéro-transportable par avion Y-20. Si l’APL n’a pas communiqué, à son habitude, d’objectifs de dotation concernant ce char, il est probable qu’il soit appelé à être produit entre 800 et 1000 exemplaires pour remplacer les Type 62, en prenant en considération la contraction du format de l’APL suite aux reformes de ces deux dernières décennies. Il est également proposé à l’export sous la dénomination VT-5, et a déjà été acquis par le Bangladesh à hauteur de 44 exemplaires. De part son format, son efficacité et son cout estimé à 3 m$ l’unité, il est probable qu’il soit appelé dans les années à venir à équiper d’autres forces armées, notamment en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Toutefois, comme c’est souvent le cas avec les materiels chinois, il convient d’attendre que le blindé fasse ses preuves sur le terrain avant de conclure quant à son efficacité effective.

France : EBRC Jaguar


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR