L’hypothèse du Mirage 2000D en Ukraine de plus en plus crédible

- Publicité -

Cela fait maintenant près d’une année que plusieurs rumeurs font état de la possible livraison, par la France, de bombardiers tactiques Mirage 200D modernisés à l’Ukraine. Jusqu’ici, aucune confirmation officielle n’a été faite à ce sujet. Mais plusieurs informations récentes, y compris les annonces faites par le président Macron concernant la livraison de missiles SCALP et de bombes A2SM Hammer à l’Ukraine, à l’occasion de sa conférence de presse du 16 janvier, tendent à renforcer la crédibilité de cette hypothèse.

Les avions de combat occidentaux font partie des équipements réclamés à cor et à cri par l’Ukraine depuis le début du conflit. En effet, la centaine de Mig-29, Su-25, Su-24 et Su-27 qui formait les forces aériennes au début du conflit, étaient largement inférieures aux forces aériennes russes, et leur millier d’avions de combat, parmi lesquels des bombardiers Su-34, des chasseurs lourds polyvalents Su-30 et Su-35, ainsi qu’une poignée de Su-57.

Les différentes rumeurs concernant la livraison de Mirage 2000 à l’Ukraine depuis le début du conflit

Les alliés d’Europe de l’Est de l’Ukraine, en particulier la Pologne, ont rapidement répondu aux appels de l’Ukraine en transférant leurs Mig-29 et Su-25 hérités du Pacte de Varsovie. Il fallut, cependant, plus d’un an à Kyiv pour convaincre les occidentaux de suivre l’exemple de Varsovie, et encore une année pour mener les programmes de transformation des pilotes et équipes techniques ukrainiennes sur les F-16 danois et néerlandais, premiers chasseurs occidentaux qui seront mis en œuvre par l’Ukraine dans les mois à venir.

- Publicité -
JAS 39 Gripen C
La Suède a lié la livraison de JAS 39 Gripen à l’Ukraine, à son adhésion à l’OTAN.

D’autres modèles d’appareils ont également été évoqués par Kyiv, dont le Gripen suédois, mais aussi le Mirage 2000 français. Si Stockholm a lié la possibilité de livrer des JAS 39 Gripen C/D à l’Ukraine à son accession à son adhésion à l’OTAN, la France, pour sa part, s’était montrée des plus discrètes sur le sujet.

Il est vrai que les Mirage 2000C, récemment retirés du service, et réclamés par de nombreuses voix, n’avaient, dans les faits, aucun intérêt à aller en Ukraine, ni les forces aériennes ukrainiennes de les employer. Non modernisés depuis plusieurs années, ces appareils, par ailleurs à bout de souffle, ne pouvaient plus employer que les missiles R550 Magic 2 à courte portée et son canon de 30 mm comme armement, alors que leurs systèmes de défense étaient largement obsolètes pour évoluer dans le ciel ukrainien.

Quant aux Mirage 2000-5 encore en service au sein de l’Armée de l’Air et de l’Espace, beaucoup plus capables avec leur radar RDY et leurs missiles MICA IR et EM, les transférer aurait de trop affaibli le potentiel opérationnel français pour répondre efficacement au contrat opérationnel imposé.

- Publicité -

Le Mirage 2000D, un chasseur bombardier taillé pour les besoins ukrainiens

Restait donc les avions d’attaque Mirage 2000D, dont 55 exemplaires ont été, ou sont en cours de modernisation, leur conférant des capacités bien plus avancées tant pour accroitre leur survivabilité au combat, que pour employer de nouvelles munitions, y compris le missile air-air d’autodéfense MICA IR, en lieu et place du Magic 2.

Mirage 2000D Scalp
Le Mirage 2000D peut emporter un missile de croisière SCALP ER

Il y a quelques jours, le chef d’état-major des forces aériennes ukrainiennes, a évoqué la possibilité que des Mirage 2000D viennent remplacer les bombardiers tactiques ukrainiens Su-24, alors que des A-10 pourraient remplacer les avions d’appui aérien rapproché Su-25, et les F-16 déjà planifiés, les Su-27 et Mig-29 survivants dans les missions de défense aérienne.

Interrogé à plusieurs reprises sur le sujet, tant par les journalistes que par les parlementaires, le ministère des Armées français, quant à lui, s’est toujours montré évasif, même après que le journal le Figaro ait révélé que des équipages et personnels de maintenance ukrainiens étaient en formation sur la base aérienne de Mont-de-Marsan, ce qui n’a été, depuis, ni confirmé, ni infirmé par Paris.

- Publicité -

Dans ce contexte, les annonces faites par le Président de la République française, Emmanuel Macron, concernant l’évolution du soutien français à Kyiv, prennent beaucoup de sens.

40 missiles de croisière SCALP et des centaines de bombes A2SM pour l’Ukraine annoncées par Emmanuel Macron


LOGO meta defense 70 Aviation de chasse | Actualités Défense | Conflit Russo-Ukrainien

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.


Inscription à la Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

3 Commentaires

  1. Et qui est-ce qui va payer ces cadeaux trop tardifs ? Le Parlement français a-t’il été consulté ? Je n’en ai pas l’impression !

  2. Bonjour Fabrice,

    J’avais lu aussi que le F16 était qualifié hammer depuis peu, tu confirmes ?

Les commentaires sont fermés.

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles