L’US Navy propose 3 options pour le devenir de sa force navale

Depuis de nombreuses années, la planification de l’US Navy en matière de construction navale est pour le moins chaotique, avec des plans et des objectifs successifs divergents, parfois même contradictoires. Le sujet est d’ailleurs l’objet d’une opposition féroce entre les sénateurs et représentants républicains, partisans d’une flotte massive, et leurs homologues démocrates qui souhaitent maintenir le budget de la Défense sous controle. Au delà des ambitions parfois fantaisistes présentées ces dernières années, et des nombreux bras de fer ayant opposé le Pentagone aux parlementaires américains notamment au sujet du retrait de certains bâtiments, il était donc nécessaire pour l’US Navy de presenter une stratégie cohérente…

Lire l'Article

12 porte-avions, 50 frégates : l’US Navy revient sur ses fondamentaux

Dire que la planification de l’US navy a été chaotique ces 30 dernières années tiendrait de l’euphémisme. Entre des programmes calamiteux et en surcout chronique comme les destroyers Zumwalt, les corvettes Littoral Combat Ship, ou les sous-marins Seawolf, des difficultés techniques importantes comme pour les porte-avions de la classe Ford, et des objectifs marqués par des considérations politiques et économiques, et non par des besoins opérationnels, les perspectives et options de la première force navale mondiale se sont irrémédiablement assombries, alors que dans le même temps, les puissances navales de ses principaux compétiteurs comme la Russie et surtout la Chine, se sont développées avec rigueur…

Lire l'Article

Le futur destroyer DDG(x) de l’US Navy sera-t-il un destroyer de « transition » ?

Alors que le Congrès a avalisé pour 2022 la construction d’un destroyer de la classe Arleigh Burke Flight III supplémentaire, et que l’US Navy a annoncé un vaste plan de modernisation de ses destroyers Arleigh Burke Flight IIA pour y installer le nouveau radar SPY-6 à antenne électronique active comme pour le Flight III et les frégates de la classe Constellation, la marine américaine avance également sur le remplaçant du destroyer Arleigh Burke mais également des croiseurs de la classe Ticonderoga, alors que 32 unités de ces deux classes doivent être retirées du service dans les années à venir. La communication autour du nouveau navire,…

Lire l'Article

L’US Navy va équiper ses destroyers Arleigh Burke Flight IIA du nouveau radar EASA SPY-6

A l’instar des croiseurs Ticonderoga et de nombre de destroyers et frégates anti-aériens en service au sein des marines alliées des Etats-Unis, les destroyers américains de la classe Arleigh Burke, qui forment aujourd’hui la colonne vertébrale de la flotte de surface US avec 69 navires en service, sont équipés du fameux radar SPY-1, celui-là même qui est au coeur du système anti-aérien et anti-missiles AEGIS. Mais ce radar entré en service dans les années 70, commence à marquer le poids des années malgré de nombreuses évolutions, raison pour laquelle les futurs destroyers de l’US Navy actuellement en cours de construction, les Arleigh Burke Flight III,…

Lire l'Article

L’US Navy change ses objectifs de planification pour répondre à menace chinoise

La fin de mandat du président Trump fut, on le sait, pour le moins chaotique. Un domaine, entre autres, laissa perplexe nombre d’observateurs, celui de la planification industrielle et du format de l’US Navy, marqué par des initiatives aussi tardives que démesurées de l’administration américaine. Ainsi, à quelques semaines de l’investiture du président élu Joe Biden, Donald Trump fit voter une loi conférant des objectifs très élevés de format à l’US Navy, avec 355 navires de combat en 2030, et plus de 500 bâtiments en 2045, alors même qu’aucune planification réaliste n’avait pu être mise en oeuvre à ce sujet au cours des 4 ans…

Lire l'Article

Arleigh Burke, Kongo, Super Gorshkov : les destroyers modernes – 2nde partie

Cet article fait suite à l’article « Hobart, Type 52D, Sejong le Grand : les destroyers modernes – 1ère Partie » publié le 24 Mai 2021, qui présentait les classes Hobart (Australie), Type 052D/DL (Chine), Sejong le Grand (Corée du Sud) et Kolkata (Inde). La seconde partie complète ce panel des 8 principales classes de Destroyers Modernes, avec la classe Kongo (Japon), Arleigh Burke (Etats-Unis), Daring (Royaume-Unis) et 22350M Super Gorshkov (Russie). Classe Kongo (Japon, 4+2+2 unités) Les Forces Navales d’Autodéfense Japonaises sont considérées comme la 3ème flotte la plus puissamment armée dans le monde, faisant jeu égal avec la Russie et ne cédant qu’à l’US Navy…

Lire l'Article

La Royal Navy va envoyer 165.000 tonnes de diplomatie dans le Pacifique

De toute évidence, les autorités britanniques comme la Royal Navy veulent faire du premier déploiement opérationnel de longue durée de leur nouveau porte-avions, le HMS Queen Elizabeth, un événement aussi marquant que symbolique. En effet, le groupe aéronaval qui appareillera le mois prochain pour une mission de 28 semaines dans l’Océan Indien et dans l’Océan Pacifique, sera composé de pas moins de 8 navires majeurs cotés britanniques, représentant un tonnage total de 165.000 tonnes, supérieur à la jauge globale de Marines comme la Turquie ou le Brésil. Pas mois de 18 F35B embarqueront sur le HMS Queen Elizabeth, dont 8 appartenant à la Royal Air…

Lire l'Article

L’US Navy expérimente à grande échelle la coopération entre navires et systèmes autonomes

Selon l’Amiral Gilday, Chef des opérations navale de l’US Navy, l’exercice auquel participent le destroyer lourd USS Michael Monsoor (classe Zumwalt), 4 destroyers de la classe Burke, 2 Littoral Combat Ship, le sous-marin USS USS Hampton et le LPD USS Anchorage, ainsi que les deux navires robotisés Sea Hunter et Seahawk (en illustration d’accueil avec l’USS Monsoor en arrière plan), au large de la Californie, représente une étape déterminante dans la mise en oeuvre d’une coopération entre systèmes automatisés et systèmes pilotés pour l’US Navy, et va profondément influencer la conception même de l’évolution de la flotte américaine dans années à venir. Baptisé Pacific Fleet’s Unmanned…

Lire l'Article

Les Etats-Unis multiplient les démonstrations de force face à la Chine

De toute évidence, l’Administration Trump n’a nullement l’intention de faire profil bas sur la scène internationale d’ici l’investiture de Joe Biden le 20 janvier. En effet, coup sur coup, des destroyers américains sont allés défier Pékin en transitant dans des zones maritimes revendiquées par la Chine, sur des bases juridiques incompatibles avec le droit international, selon Washington. Ces événements ont naturellement engendré des réactions exacerbées de la part des autorités chinoises, montrant que les tensions entre les deux géants économiques et militaires mondiaux sont aujourd’hui au plus haut. Le 19 décembre 2020, le destroyer américain USS Mustin, un navire de la classe Arleigh Burke, a…

Lire l'Article

Athènes va officiellement demander à Washington un destroyer Arleigh Burke

Depuis plusieurs années, les autorités grecques espèrent obtenir de leurs homologues américaines le prêt ou la vente d’un destroyer de la classe Arleigh Burke ou d’un croiseur de la classe Ticonderoga d’occasion, pour renforcer ses capacités anti-aériennes et être en mesure de faire face à la montée en puissance turque. Jusqu’à présent, ces demandes, passées par la voie militaires ou technocratiques, n’ont jamais obtenu de réponses favorables ni de la part de Washington, et encore moins de l’US Navy, qui peine à maintenir un format minimum pour répondre à l’augmentation de la pression opérationnelle. Mais visiblement, le président Kyriakos Mitsotakis ne semble pas prêt à…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR