L’Autriche et la Suisse veulent rejoindre l’initiative European Sky Shield de défense anti-antiaérienne allemande

- Publicité -

L’initiative European Sky Shield, dévoilée par Olaf Scholz en août 2022 à l’occasion d’un discours à l’Université de Prague, vise à mettre en commun les moyens et les informations de défense anti-aérienne et anti-balistique de l’ensemble de ses membres, de sorte à renforcer leurs capacités de réponse face à ces menaces ramenées au premier plan des préoccupations depuis le début de la guerre en Ukraine.

Celle-ci séduisit immédiatement un grand nombre de pays européens. Outre l’Allemagne, 14 autres pays européens rejoignirent l’initiative dès son lancement : Belgique, Bulgarie, Estonie, Finlande, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Norvège, Pays-Bas, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie et Slovénie.

Toutefois, deux des acteurs clés des capacités anti-aériennes en Europe, la France et l’Italie à l’origine du système SAMP/T Mamba et de la famille de missiles antiaériens Aster, étaient absents de cette liste.

- Publicité -

En effet, Berlin avait construit ce programme sur la base de 3 systèmes complémentaires : l’IRIS-T SLM à courte et moyenne portée d’origine allemande, le Patriot PAC américain à moyenne et longue portée et doté de capacités anti-balistiques à courte portée, ainsi que le système israélien Arrow 3 pour l’interception exo-atmosphérique.

le système franco-italien SAMP/T Mamba aurait sa place au sein de l'European Sky Shield comme alternative européenne au Patriot PAC3 américain
le système franco-italien SAMP/T Mamba est une alternative européenne au Patriot PAC3 américain

Bien évidemment, pour Paris et Rome, l’exclusion du Mamba, et plus globalement des autres systèmes européens comme le missile Mistral à très courte portée, ou le MICA VL à courte portée, représentait un répulsif puissant et d’une certaine manière, une trahison des efforts entrepris vers l’autonomie stratégique européenne, en privilégiant des systèmes américains et israéliens alors que des alternatives européennes existent.

Pour autant, cette posture, ainsi que les réserves que l’on peut avoir quant à l’utilité du système Arrow 3 dans ce dispositif alors que la Russie ne dispose pas de vecteurs à la portée du dispositif israélien optimisé pour contrer les missiles iraniens, semble ne pas dissuader d’autres pays européens de rejoindre cette initiative, y compris certains non alignés.

- Publicité -

LOGO meta defense 70 Défense antiaérienne | Allemagne | Alliances militaires

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.


Inscription à la Newsletter

- Publicité -

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles