La frégate Iver Huitfeldt danoise aurait frôlé le drame en mer Rouge, face aux drones Houthis

- Publicité -

Il y a quelques jours, la Marine Royale Danoise publiait un communiqué concernant l’intervention de la frégate Iver Huitfeldt, pour détruire quatre drones Houthis lancés contre elle et contre les navires escortés. Le 9 mars, vers 04h00 du matin, le navire danois détectait plusieurs drones Houthis, et les avait détruits, avec l’armement de bord, avant qu’ils n’atteignent leurs cibles.

Ce succès avait été largement mis en avant par la presse danoise. Peut-être hâtivement. En effet, selon le site danois Olfi, spécialisé dans les questions de défense, la frégate aurait rencontré plusieurs problèmes successifs, à ce moment-là, dans la mise en œuvre de ses armements, ayant mis en danger le navire et la mission.

La frégate Iver Huitfeldt de la Marine danoise quitte précipitamment la mer Rouge

Le site danois cite, à ce sujet, un message envoyé par le commandant du navire quelques jours plus tard à l’OTAN, en communication restreinte, exposant les différents mauvais fonctionnements auxquels le navire a été exposé durant cette mission, et qui n’ont pas, au moment de la rédaction du message, de solution.

- Publicité -
frégate iver huitfeldt classe
La classe Iver Huitfeldt se compose de 3 frégates de défense anti-aériennes, entrées en service entre janvier et novembre 2011.

Sans que l’on sache, en l’absence de communication officielle de la part de la Marine danoise, si c’est lié, ou pas, la frégate Iver Huitfeldt a, peu de temps après ce message, quitté la zone d’engagement, pour prendre le chemin de son port danois, alors qu’elle devait rester sur place encore jusqu’à la mi-avril.

Quant aux révélations du site Olfi, elles ont rapidement provoqué l’émoi et la colère dans la classe politique danoise, et un grand embarras de la part du ministre de la Défense, qui a assuré ne pas avoir été informé du sujet, et avoir diligenté des investigations en ce sens.

Impossible de lancer les missiles ESSM contre les drones Houthis

Il faut admettre que les problèmes rencontrés par la frégate Iver Huitfeldt, ce 9 mars, selon cette communication citée par le site danois, ont de quoi inquiéter. Ainsi, une fois les drones Houthis détectés par les radars de la frégate antiaérienne, celle-ci entrepris d’employer l’un des 24 missiles antiaériens à courte et moyenne portée ESSM, embarqués dans les 12 silos de son système VLS Mk56.

- Publicité -

Plus économique que les 32 missiles antiaériens SM-2 embarqués dans le système Mk41 du navire, l’ESSM est un missile d’une portée d’une portée pouvant atteindre 50 km, et suffit tout à fait pour traiter de type de cible. Pour peu qu’il parte effectivement…

missile ESSM
Le missile ESSM est un missile antiaérien à courte et moyenne portée américain, employé par de nombreuses marines occidentale.

LOGO meta defense 70 Flotte de surface | Actualités Défense | Conflit Yemen

Il reste 75 % de cet article à lire,
Abonnez-vous pour y accéder !

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 6,90 €.

- Publicité -

Inscription à la Newsletter

Inscrivez-vous à la Newsletter Meta-Defense pour recevoir les
derniers articles de façon quotidienne ou hebdomadaire

- Publicité -

Pour Aller plus loin

1 COMMENTAIRE

  1. Dans une Europe mafieuse telle qu’elle nous est imposée par nos élites, quoi de plus normal que de constater que les « petits » arrangements entre compères ne foisonnent ici ou là ? L’échange des « Ceasar » et le coup de ces missiles inopérants ne sont que de piètres exemples de la Ursula dépendance qui règne sur nos décideurs responsables mais pas coupables.

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles