Washington donne 2 semaines à la Turquie pour abandonner le S400

Selon la chaine d’information CNBC, les autorités américaines auraient posé un ultimatum ferme à la Turquie pour abandonner le programme d’acquisition des S400 russes d’ici 2 semaines, faute de quoi Ankara s’exposerait à de « très graves conséquences », en premier lieu desquels, l’exclusion définitive du programme F35. Les chances qu’une telle menace atteignent l’objectif désigné sont plus que faibles. Il est en effet très peu probable que le président R.T Erdogan accepte de céder aux exigences américaines, au risque d’altérer son image d’homme fort visant à redonner au pays le rang et la puissance qui étaient siennes au début du XXeme siècle.

On peut également se demander si cet ultimatum n’est pas l’objectif recherché par Erdogan depuis plusieurs années, notamment depuis le coup d’État avorté de 2016, pour lequel il conserve une rancune tenace contre les États-Unis, et l’OTAN. Il semble en effet, que les actions du président turc, depuis cet événement, n’ont eu d’autres but que de précipiter l’exclusion de la Turquie de l’OTAN, sans que lui-même n’ai a être pro-actif en la matière. La puissance de l’Armée turque reste prédominante dans le pays, et son attachement à l’OTAN important. R.T Erdogan ne pouvait donc pas prendre l’initiative d’une sortie unilatérale de l’OTAN, au risque de devoir faire face à un nouveau coup d’État. En revanche, en positionnant le pays « dans son bon droit » face à son opinion publique, en refusant de mettre genou à terre face à Washington, et en apportant une solution de puissance alternative comme l’est aujourd’hui la Russie, il peut convertir une part significative de l’armée à son projet.

Les articles d’actualité publiés au delà de 24 mois entrent dans la catégorie « Archives » et ne sont accessibles qu’aux abonnés professionnels.
Pour plus d’informations sur cette offre, cliquez ici

Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR