La DARPA développe un extracteur d’eau potable atmosphérique

- Publicité -

L’Agence de recherche des programmes avancés américaines, la DARPA, a entamé le developpement d’un extracteur d’eau potable issue de l’humidité présente dans l’atmosphère, identifié par l’acronyme AWE pour Atmosphéric Water Extraction. Le programme repose sur deux approches complémentaires :

  • un équipement transportable sur véhicule capable d’extraire de l’humidité ambiante suffisamment d’eau potable pour alimenter une force de 150 hommes au combat.
  • un équipement individuel capable de fournir l’eau nécessaire à un homme au combat

L’eau représente en effet une empreinte logistique majeure pour les forces engagées en zone de combat, et la chaine logistique pour alimenter ces forces en bouteilles d’eau potable est à la fois lourde et très exposée. Donner à une force, ou à chacun de ses membres, la capacité de produire elle-même son eau potable, en dehors de la présence de source d’eau traditionnelle comme les rivières, la pluie ou les lacs, représenterait donc un atout certain pour la mobilité et l’autonomie en opération.

Pour y parvenir, les ingénieurs de la DARPA feront appel à de nouveaux méta-matériaux capables d’absorber et de condenser l’eau présente dans l’air atmosphérique, utilisant une faible quantité d’énergie de sorte à ne pas remplacer un problème logistique par un autre. Cette technologie est issue des travaux entamés par les chercheurs de l’Université de Berkley en Californie assistés des ingénieurs du Massachusetts Institut of Technology qui, en 2017, firent la démonstration d’un extracteur d’eau atmosphérique alimenté par l’énergie solaire. Elle repose sur l’utilisation de MOF pour Metal-Organic Framework, l’association à l’échelle moléculaire d’atomes métalliques et de molécules organiques, créant à matériaux super-poreux capable de d’extraire l’humidité de l’air avec un très faible apport énergétique.

- Publicité -
H2Oharvester750 Actualités Défense | Chaine logistique militaire | Etats-Unis
L’extracteur d’eau atmosphérique de Berkley avec en jaune-rouge le MOF. 1 kg de MOF permet de produire 2,7 litres d’eau par jour alimenter par panneaux solaires

Le challenge reste toutefois élevé, notamment pour transposer cette technologie de laboratoire basée sur des matériaux extrêmement sensibles, vers des équipements pouvant soutenir la rudesse des missions de combat. En outre, les MOF employés devront être en mesure d’être utilisés intensément sur une durée de temps suffisante pour satisfaire à ce type d’utilisation. Enfin, l’ensemble devra être abordable du point de vue budgétaire, pour espérer entrer en service un jour.

Il apparait également que si cette technologie venait à être fiable et bon marché, elle pourrait représenter une solution très performante pour alimenter certaines populations isolées en eau potable. Mais si elle venait à se répandre, il faudra également en évaluer les effets environnementaux, notamment sur la flore et la faune qui survie en zone désertique grâce à l’humidité de l’air collectée par la rosée par exemple. Une extraction massive de l’eau atmosphérique pourrait entrainer une baisse du taux d’humidité à ce point sensible qu’elle pourrait altérer profondément l’écosystème en zone désertique.

fremen dune Actualités Défense | Chaine logistique militaire | Etats-Unis
Bien que très différents de ce qui était décrit dans les livres de Franck Herbert, les distilles du film « Dune » de David Lynch de 1984 se sont imposés dans l’imaginaire des lecteurs aujourd’hui

Il est interessant de constater que la technologie comme la façon de s’en servir abordée par la DARPA sont très proche des Distilles et des pièges à vent du roman de science-fiction Dune de franck Herbert, publié en 1965. Dans cette saga, les Fremen, un peuple autochtone d’une planète particulière aride nommée Arakis, ou Dune, utilise des équipements portables pour récupérer l’eau exsudée par le corps par la respiration, la transpiration, et l’urine, leurs permettant de survivre des semaines dans le désert dans eau supplémentaire. Les pièges à vent et les collecteurs de rosée sont présentés comme utilisant un matériaux accentuant la condensation de l’eau atmosphérique en utilisant l’amplitude thermique importante du désert.

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles