La France va livrer des systèmes d’artillerie mobile CAESAR à l’Ukraine

Maj 23/04 : L’information faisant état du prélèvement des Caesar sur la commande marocaine était erronée, le second paragraphe a donc été modifié suite à ces nouvelles informations.

Dans une interview portant essentiellement sur les questions de politique internationale donnée au quotidien regional Ouest-France, le Président Macron a indiqué qu’au delà des efforts diplomatiques menés en coordination avec l’Ukraine pour garder le contact avec le Kremlin, la France avait également accentué son effort pour livrer des armements à l’Ukraine, citant les missiles anti-chars MILAN ainsi que, et c’est une première, des systèmes d’artillerie mobile CAESAR de 155mm, un canon réputé pour sa grande précision, sa portée et sa grande mobilité. De prime abord, cette déclaration paraissait étonnante, puisque la France n’avait jamais évoqué une telle initiative, et surtout que l’Armée de Terre ne dispose aujourd’hui que de 76 canons CAESAR, soit à peine le nombre requis pour remplir son contrat opérationnel vis-à-vis de l’OTAN. On pouvait alors penser que le Président s’était trompé, ou avait confondu avec d’autres materiels comme le missile anti-aérien SATCP Mistral que l’on sait également fournis aux Ukrainiens.

Renseignements pris, il n’en est rien, et la France va effectivement livrer une batterie de systèmes CAESAR à l’Ukraine, « moins de 10 » selon nos sources. Ces canons vont être prélevés sur le stock de systèmes français, sans impacter la dotation des systèmes dans les régiments. Contrairement à ce que nous avions écrit initialement, ces canons ne seront pas prélevés sur les lignes de production Nexter en cours à destination de l’Export, l’Industriel ayant lui même découvert cette décision présidentielle dans la presse. Selon toute probabilité, les systèmes qui seront envoyés en Ukraine seront donc prélevés sur les stocks en régénération de l’Armée de Terre, sans impacter la dotation des régiments, et seront compensés par la suite par une nouvelle commande, probablement dans le cadre de la commande annoncée en début d’année portant sur 33 systèmes CAESAR de nouvelle génération pour remplacer les canons automoteurs AUF1 arrivés en bout de course.

La portée du CAESAR et sa précision excèdent de beaucoup celles des systèmes équivalents russes actuellement en service

Depuis le début de l’offensive russe, la France a toujours été particulièrement discrète quant à ses livraisons d’armes à l’Ukraine, ce qui d’ailleurs lui a valu des reproches souvent indus de la part de certains chefs d’états d’Europe de l’Est aussi mal informés que péremptoires. Pour autant, Paris s’était jusqu’ici limitée à la livraison de munitions, de carburant, de systèmes de protection et de certains missiles comme le MILAN et le Mistral. De fait, la livraison prochaine de systèmes d’artillerie mobile de la trempe du CAESAR constitue une réelle évolution des positions françaises dans ce conflit, alors que, selon le Président Macron, ce dernier n’a plus eu de contact avec son homologue russe depuis les révélations du massacre de Boucha. Et en livrant des CAESAR, Paris répond très probablement au besoin le plus pressant pour les armées ukrainiennes face à l’offensive russe dans le Donbass, qui tourne à un combat d’artillerie et de puissance de feu, et plus à une tentative de guerre de mouvement comme au début de la guerre.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR