Pourquoi le missile Kinzhal russe n’est pas une menace pour les porte-avions occidentaux ?

Le déploiement de MIG-31K armés du missile Kinzhal, au-dessus de la mer Noire, est présenté depuis quelques jours par la propagande russe comme une menace directe contre les porte-avions américains et français qui sont, ou seront déployés en Méditerranée orientale en soutien à Israël. Cette hypothèse a été reprise par plusieurs médias occidentaux. Elle est fausse. Voilà pourquoi :

Dans la nuit du 16 au 17 octobre 2023, la base aérienne russe de Berdyansk, fut frappée par plusieurs missiles ukrainiens, entrainant la destruction d’une vingtaine d’hélicoptères des forces armées russes.

Située à 120 km de la ligne d’engagement, cette base était, jusque-là, hors de portée de l’artillerie ukrainienne, y compris des roquettes M39 employées par les systèmes HIMARS livrés par les Etats-Unis.

Le Mig-31K et le missile Kinzhal en réponse à l’arrivée des missiles ATACMS en Ukraine

Il est rapidement apparu que Kyiv avait pour l’occasion employé des missiles balistiques ATACMS livrés discrètement par Washington. Comme ce fut le cas pour les missiles Storm Shadow britanniques, l’annonce de l’arrivée des ATACMS en Ukraine ne fut rendue publique qu’après qu’ils ont été employés pour la première fois, prenant le dispositif défensif de cours.

Cette frappe constitua évidemment un revers pour les armées russes, mais aussi, en quelque sorte, une humiliation pour le Kremlin qui, en retour, annonça que désormais, des intercepteurs lourds MIG-31K armés de missiles balistiques aéroportés Kinzhal, patrouilleraient en mer Noire.

Missile Kinzhal
Les forces aériennes russes déploient des patrouilles de MIG-39K armées de Kinzhal au dessus de la mer noire, en réponse à l’arrivée des ATAMCS en Ukraine

Plus tard, l’état-major des forces aériennes russes annonça qu’à présent, les Kinzhal, d’une portée de 1000 km lorsque largués d’un MIG-31, pouvaient se voir attribuer de nouvelles cibles alors même qu’ils sont déjà en vol, sous la cellule de l’avion porteur.

Ce dispositif, s’il est avéré, peut permettre aux forces aériennes russes d’engager des frappes d’opportunités contre des cibles ukrainiennes identifiées, par exemple, par satellite, avec un délai de réponse d’autant plus court que le Kinzhal a un profil de vol hypersonique, même s’il ne peut pas être qualifié de missile hypersonique.

Les caractéristiques du missile 9-S-7760 Kinzhal russe

Depuis, la propagande russe s’est emparée du sujet, et ne cesse de faire du Kinzhal, l’arme suprême qu’elle n’est pas. Plus précisément, nombre de commentateurs russes sur les chaines d’état, ou invités du sulfureux et très peu fiable Soloviov, répètent à qui veut l’entendre, que ces missiles pourraient désormais frapper les porte-avions occidentaux (américains et français), qui sont ou seront déployés au large des côtes israéliennes et libanaises, en Méditerranée orientale.

Malheureusement, l’hypothèse est aussi reprise sur des canaux occidentaux, y compris, en France, sur certaines chaines d’information, de toute évidence bien mal informées.

porte-avions Charles de Gaulle et Eisenhower
La France a annoncé qu’elle déploierait le Charles de Gaulle aux côtés des Ford et Eisenhower de l’US Navy au large des côtes israéliennes et libanaises.

En effet, dérivé du missile balistique à courte portée 9M723K1 du système 9K720 Iskander-M, le Kinzhal est un missile à trajectoire semi-balistique conçu pour frapper des cibles terrestres et immobiles.


Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Missiles Balistiques | Conflit Israël-Hamas | Conflit Russo-Ukrainien

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

All

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR