Le technologisme est-il le pire ennemie de l’efficacité militaire ?

Au cours des 20 dernières années, l’US Army a dépensé plus de 30 Md$ en programmes n’ayant pas donné lieu à une production d’équipements opérationnels, en particulier avec le programme d’hélicoptère léger d’attaque et de reconnaissance Comanche, le programme de renouvellement des blindés légers Futur Combat system, et le programme de remplacement des Bradleys Ground Combat Vehicule.

Alors qu’elle a lancé, aujourd’hui, un vaste programme de modernisation, composé de 6 branches allant du remplacement des hélicoptères de reconnaissance et de manœuvre, à la prochaine génération de blindés, en passant par l’infovaloration du champs de bataille et la prochaine génération d’engin d’artillerie, le GAO (Government Accountability Office), l’équivalent fédéral américain de la Cours des Comptes en France, a publié un rapport visant à encadrer l’exécution de ces futurs programmes, de sorte à éviter les erreurs du passé.

Selon ce rapport, la principale menace vis-à-vis de ces programmes repose sur un attrait excessif vers des technologies en cours de développement, amenant les décideurs à commander des équipements non fiabilisés, et non testés en environnement opérationnel. Le parallèle avec le programme F35 est évident, puisqu’aujourd’hui encore, après prés de 400 exemplaires construits, les appareils livrés le sont toujours en version « non définitive », et la liste des dysfonctionnements entravant l’utilisation effective de l’aéronef restant exceptionnellement longue.

Les articles d’actualité publiés au delà de 24 mois entrent dans la catégorie « Archives » et ne sont accessibles qu’aux abonnés professionnels.
Pour plus d’informations sur cette offre, cliquez ici

Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR