Industrie, emplois, géopolitique et technologie : les points clés du contrat Rafale aux Emirats Arabes Unis

L’annonce de la commande exceptionnelle de 80 avions de combat Rafale par les Emirats Arabes Unis fut accueilli, en France, de manière contrastée. Comme c’est devenu désormais la règle à chaque annonce de contrat majeur de défense, un nombre non négligeable de leader politiques mais également d’ONG et de journalistes et éditorialistes, ont remis en cause la pertinence de ce contrat. Il est vrai qu’il ne s’agit pas toujours des mêmes arguments qui sont avancés. Ainsi dans le cas de la Grèce ou de la Croatie, les réserves mises en avant concernaient les capacités de paiement du pays, mais également l’impact sur le parc de l’Armée de l’Air qui se voyait amputé d’une douzaine d’avions Rafale pour chacune de ces commandes, même si, depuis, l’on sait que ces 24 Rafale seront remplacés par des appareils neufs livrés au dernier standard.

Dans le cas de l’Egypte, comme aujourd’hui dans le cas des Emirats Arabes Unis, ce sont des critères moraux qui sont mis en avant, notamment par certains leaders politiques notamment de la Gauche française, parfois avec une diatribe bien peu compatible avec des personnalités se présentant à la Magistrature suprême. Il apparait donc pertinent de poser de manière claire et compréhensible les enjeux qui entourent de tels contrats, tant du point de vue économique et industriel, que du point de vue budgétaire pour les finances publiques, ou selon une perspective technologique et géopolitique. Ce n’est en effet, qu’une fois l’ensemble des aspects consubstantiels à un contrat comme celui passé avec Abu Dabi établi et pondéré, que l’on peut porter un jugement efficace et éclairé.

Près de 40.000 emplois sur 10 ans

Les Emirats Arabes Unis ont donc passé une commande ferme à la France pour 80 Rafale au standard F4, avec une panoplie de services et d’équipements permettant la mise en oeuvre des appareils par les forces aériennes Emiriennes, pour un montant de 16 Md€, dont 2 Md€ pour la seule acquisition d’un stock de missile ai-air MICA NG et de missiles de croisière Black Shaheen. Les livraisons s’étaleront de 2026 à 2031, soit une moyenne d’investissement de 1,6 Md€ par an, et ce pendant 10 ans. De manière très exceptionnelle pour un contrat de cette envergure, celui-ci ne s’accompagne d’aucune obligation de production locale, ou de compensation industrielle. En d’autres termes, les 1,6 Md€ par an pendant 10 ans investis par les EAU dans le cadre de ce contrat, seront intégralement fléchés vers l’industrie de défense française, et son réseau de sous-traitance, lui-aussi national.

Avec le nouveau contrat des EAU, la chaine de production Rafale va passer à 2, puis 3 avions produit chaque mois, amenant à la pérennisation et la création de 40.000 emplois directs, indirects et induits sur 10 ans.

Or, chaque million d’euro dépensésrafale dans cet écosystème industriel de défense français, génère ou préserve 25 emplois pendant une année, dont 10 dans l’industrie de défense elle-même, 8 dans le réseau de sous-traitance, et 7 dans l’économie induite par l’activité générée. Au total, donc, les 1,6 Md€ annuels investis pendant 10 vont générer ou préserver 40.000 emplois sur le sol national, dont 16.000 dans l’industrie de défense elle-même. Dassault Aviation a d’ailleurs déjà annoncé qu’il allait rapidement faire passer la production mensuelle de Rafale de 1 à 2 appareils, puis à 3 dans les années à venir, pour répondre à la demande. Rappelons que 40.000 emplois représentent 40% de l’efficacité constatée du Crédit d’impôts pour la Compétitivité et l’Emploi, ou CICE, mesure phare des années 2015, et qui couta 18 Md€ à l’état pour la seule année 2016 ! C’est également l’ensemble de l’activité salariée privée d’une ville de 140.000 habitants comme Clermont-Ferrand.

La création ou la préservation des emplois liée à ce contrat va également avoir un impact direct sur les finances publiques de l’Etat. En effet, les 40.000 emplois concernés vont générer, en moyenne, 24.000 € de recettes fiscales et sociales dans le pays, soit un total de 960 m€ par an de recettes supplémentaires (fiscales) et de réduction de déficit sociaux, donc de boni budgétaire pour l’Etat qui aujourd’hui compense l’intégralité des déficits sociaux chaque année. A ces 960 m€, s’ajouteront des économies sociales liées au retour à l’emploi d’une part importante des personnels concernés, chacun faisant économiser à l’état, en moyenne 18.000 € par an, soit un total de 720 m€ d’économies sociales, là encore directement imputées au budget de l’état par l’apurement annuel des déficits sociaux. Au total, donc, les 1,6 Md€ par an investis par les Emirats Arabes Unis dans l’industrie de défense nationale vont générer 1,680 Md€ de recettes et d’économies budgétaires à périmètre constant pour l’Etat, et ce sans qu’il soit nécessaire d’investir quoique ce soit en retour, sur le plan économique ou social.

Pérennisation de la filière aéronautique défense


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR