La Chine propose à la Thailande 2 sous-marins Type 039 Song comme solution d’attente

En 2016, à la suite d’une compétition internationale, les autorités Thaïlandaises choisirent le sous-marin S-26T chinois, dérivé du Type 039A classe Yuan, pour constituer la force sous-marine du pays, dont la pourtant puissante Marine Royale Thaïlandaise est jusqu’ici dépourvue. Outre des performances satisfaisantes et une propulsion anaérobie fiable, l’offre chinoise s’appuyait sur un atout de taille, un prix unitaire de seulement 460 m$, moitié moindre que celui de ses concurrents mieux disants. Toutefois, dans sa proposition, Pékin avait inclus des équipements européens, en particulier des turbines allemandes construites par MTU, sans avoir pris la précaution de demander préalablement l’autorisation au motoriste allemand à ce sujet.

Alors que la première découpe de tôle fut largement relayée par les médias en 2019, et que Bangkok annonçait concomitamment la commande de 2 navires supplémentaires et d’un navire d’assaut Type 071E auprés de Pékin, la situation avec MTU ne fut pas pour autant réglée, et sans le coup d’arrêt productif consécutif de la crise Covid, il est probable que l’impasse qui aujourd’hui frappe ce contrat serait apparu auparavant. En effet, le motoriste allemand a refusé d’accepter la commande chinoise pour équiper les sous-marins thaïlandais, engendrant des délais supplémentaires d’au moins une année dans la livraison du premier submersible à la Marine Thaïlandaise, qui ne devrait pas intervenir désormais avant 2024, et ce dans le meilleur des cas.

Les sous-marins S-26T thaïlandais sont dérivés des Type 039A Yuan à propulsion AIP de la marine chinoise

Pour répondre à ce problème, et ne pas risquer de voir Bangkok se tourner vers un autre prestataire, Pékin vient de proposer aux autorités thaïlandaises de leur offrir deux sous-marins Type 039 classe Song comme solution d’attente, et ce afin de permettre à la Marine Thaïlandaise de monter en compétences dans l’attente de la livraison des navires commandés. La marine chinoise dispose en effet de 13 de ces sous-marins entrés en service entre 1998 et la fin des années 2000, les Song étant les prédécesseurs des Yuan qui aujourd’hui forment la colonne vertébrale de la flotte sous-marine chinoise. Bien que dépourvus de propulsion anaérobie, les Song demeurent des navires parfaitement capables, et représentent la première génération de sous-marins modernes conçus en Chine, permettant effectivement à la Marine Thaïlandaise de mettre en oeuvre à relativement court terme une première capacité sous-marine sur un théâtre en pleine explosion dans ce domaine.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR