Après le Japon, la Corée du Sud choisit le SM-6 américain pour contrer la menace hypersonique

Alors que les yeux du monde restent braqués sur la guerre en Ukraine, les tensions sur le théâtre Pacifique demeurent très élevées, et les grandes nations impliquées redoublent d’investissement et d’innovation pour tenter de prendre l’ascendant sur leurs adversaires potentiels. C’est ainsi que, ces derniers mois, les deux Corées se sont livrées à un bras de fer à distance concernant leurs capacités de frappe à longue distance respectives, démontrant successivement l’efficacité de leurs nouveaux missiles balistiques et de croisière, alors que la Chine a également mis en oeuvre de nouvelles capacités dans ce domaine, y compris concernant des armes hypersoniques et à trajectoire semi-balistique. Ces dernières inquiètent désormais les états-majors nippons comme sud-coréens, sachant que les armes anti-balistiques traditionnelles comme le SM-3 du système Aegis américain, et le THAAD, peinent à apporter une réponse efficace pour contrer ces menaces.

Alors que les deux dragons asiatiques ont entrepris de developper des systèmes d’armes comparables à moyen terme, de sorte à équilibrer la réalité de menace vis-à-vis de Pyongyang comme de Pékin, et même de Moscou, ils se sont également tourné vers le seul missile susceptible d’apporter une parade efficace contre des armes de ce type, le missile américain RIM-174 Standard ERAM, également appelé SM-6. Contrairement au SM-3 dédié à l’interception anti-balistique à haute altitude, le SM-6 n’emploie pas d’impacteur cinétique, mais intercepte la menace par sa propre précision et manoeuvrabilité. Cela permet au missile d’être aussi performant contre des cibles aériennes manoeuvrantes, comme les avions de combat, que contre les armes balistiques évoluant à très haute vitesse mais à des altitudes relativement faibles, comme les missiles hypersoniques ou à trajectoire semi-balistique, ceux-là même qui pose problèmes aux SM-3 et aux THAAD. Le SM-6 est à ce point polyvalent qu’il peut même être employé contre des cibles de surface ou terrestre le cas échéant.

Les destroyers sud-coréen Sejong le Grand du programme KDX-III Batch I sont aujourd’hui parmi les plus puissants navires de combat de surface de la planète

Il n’est donc pas surprenant que Séoul ait annoncé que ses futurs destroyers lourds KDX-III Batch II seraient équipés de ce missile, afin de parfaire la panoplie défensive de la Corée du Sud face à son voisin du nord qui a montré de surprenantes capacités à developper ce type d’armes balistiques et hypersoniques ces dernières années. Le SM-6 prendra donc place aux cotés des SM-2 anti-aériens et des SM-3 anti balistiques au sein des 48 silos verticaux Mk-41 qui équiperont les nouveaux destroyers, offrant une panoplie défensive complète aux bâtiments, et ce d’autant qu’ils emporteront également, outre un canon de 127 mm, 16 silos verticaux K-VLS de conception sud-coréenne accueillant des missiles anti-aériens et anti-missiles K-SAAM (portée 20 km), des missiles anti-sous-marins Hong Sang Eo (Red Shark) et des missiles de croisière TSLM, ainsi que 24 nouveaux silos K-VLS II pour accueillir les nouveaux missiles anti-aériens Cheongung 3 (portée 150 km), ainsi que le nouveau missile anti-navire supersonique en cours de developpement.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR