Le nouveau Livre Blanc de la Défense nippon désigne Chine et Russie comme des menaces majeures

« Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant« . Cette célèbre phrase de Talleyrand prononcée par le diplomate français au sommet de Vienne en 1814, pourrait être la punchline du nouveau Livre Blanc sur la Défense publié au pays du soleil levant. En effet, le Japon pourtant traditionnellement discret et circonspect sur la scène internationale, se montre particulièrement directif et clair dans ce document qui encadrera l’effort de défense nippon pour la décennie à venir, en désignant sans ambages la Russie comme une « nation agressive » d’une part, et la Chine et ses ambitions sur Taïwan comme une menace majeure pour la paix regionale et les équilibres internationaux garants de la paix, d’autant que l’ile autonome depuis 1949 est présentée dans le document comme un partenaire stratégique pour Tokyo, qui en outre partage les mêmes valeurs démocratiques que le Japon. Et d’assurer que le Japon devrait faire tout ce qui s’avèrerait nécessaire pour maintenir le statu quo qui permit à la République Populaire de Chine et à la République de Chine de coexister et même de croitre conjointement ces 70 dernières années.

Alors que les autorités chinoises multiplient les mises en garde et les démonstrations de forces autours de Taïwan sur fond de possible visite de Nancy Pelosi, la Présidente de la Chambre des Représentants américaine, à Taipei à l’occasion d’une tournée asiatique débutant aujourd’hui à Singapour, la publication de ce nouveau livre blanc met clairement l’accent sur le risque de conflit qui existe désormais dans le Pacifique, tant avec la Chine autour de la question Taïwanaise, qu’avec la Russie au sujet du different territorial qui oppose les deux pays autours des iles Kouriles, faisant notamment un parallèle avec la situation ayant précédé au déclenchement de l’offensive russe en Ukraine, cette dernière représentant selon Tokyo une menace pour la paix dépassant le cadre purement européen.

Selon Tokyo, la volonté de Pékin de réintégrer Taïwan à la République Populaire de Chine, par la force si nécessaire, représente une menace critique pour les intérêts nippons

Au delà du risque inhérent aux ambitions chinoises et russes, Tokyo s’inquiète également, dans ce document cadre, des liens qui se créent entre ces deux nations, susceptibles de créer un challenge pour la paix et les équilibres mondiaux bien au delà de ce qui purent exister par le passé, en particulier dans la zone indo-pacifique, il est vrai relativement préservée au delà de guerre de Corée et des guerres indochinoises lors de la guerre froide. En particulier, la volonté désormais claire de Pékin de rattacher Taïwan par la force si nécessaire à la République Populaire de Chine, est désigné dans le document comme une menace critique aux intérêts nippons, un terme qui prend tout son sens à la lecture de la constitution nippone révisée en 2019 par Shinzo Abe alors premier ministre, et qui autorise l’emploie de la force armées, et notamment des forces d’autodéfense nippones, pour protéger les intérêts vitaux du pays, y compris de manière préventive.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR