La Chine va-t-elle accentuer son soutien à la Russie face à l’Ukraine ?

Depuis le début de l’offensive russe en Ukraine le 24 février, les autorités chinoises ont maintenu une posture de neutralité bienveillante vis-à-vis de la Russie. Conformément aux positions officielles chinoises sur la scène internationale, Pékin a à plusieurs reprises appelé au respect des frontières et de l’intégrité territoriale des Etats, ainsi qu’à une solution négociée. A l’occasion du XXème Congrès du Parti communiste Chinois qui entérina la mainmise de Xi Jinping sur le parti et donc sur le pays, ce dernier à toutefois sensiblement durci son discours face aux Etats-Unis et l’occident dans son ensemble, notamment au sujet de Taïwan, et a annoncé qu’un effort sans équivalent serait produit par le pays afin de moderniser l’Armée Populaire de Libération dans les 5 années à venir (la durée du mandat présidentiel en Chine), faisant peser une menace renouvelée et accentuée sur l’ile autonome revendiquée par Pékin au titre de l’antériorité historique. Et selon le communiqué publié par le ministre des affaires étrangères chinois, Wang Yi, pour répondre au message de félicitation adressé par Vladimir Poutine à son homologue Xi Jinping à l’occasion de son élection à une troisième mandat, il semble bien que Pékin ait engagé une évolution de ses positions en faveur d’un rapprochement avec Moscou, y compris dans le très contesté domaine de la guerre en Ukraine.

Selon le communiqué, et après les formules d’usage pour glorifier le président chinois, Wang Yi explique en effet que la Chine soutiendra avec force la partenariat sino-russe, mais également les initiatives de Moscou visant à « surmonter les difficultés, éliminer les troubles, réaliser les objectifs stratégiques de développement et asseoir davantage le statut de la Russie en tant que grande puissance sur la scène internationale.« . Et d’ajouter « C’est le droit légitime de la Chine et de la Russie de réaliser leur propre développement et revitalisation, qui est pleinement conforme à la tendance de développement de l’époque. Toute tentative de bloquer les progrès de la Chine et de la Russie ne réussira jamais.« , créant de toute évidence un parallèle direct entre les revendications territoriales russes en Ukraine et celles de Pékin concernant Taïwan, et rompant de fait avec la posture suivie jusqu’à présent par la diplomatie chinoise.

Le XXème Congrès du PCC a permis à XI Jinping de faire main-basse sur l’ensemble des organes décisionnaires du parti, et de lancer un important effort de modernisation de l’Armée Populaire de Libération

Le fait est, les contradictions de la position chinoise ont été largement soulignées par l’agression russe contre l’Ukraine. En effet, officiellement, Pékin refuse toute redéfinition des frontières internationales, et appelle à résoudre les différents territoriaux par la voie de la négociation. En revanche, cette position est écartée lorsqu’il s’agit des ambitions chinoises, que ce soit au sujet de la Mer de Chine du Sud, mais également de Taïwan, Pékin refusant par exemple obstinément que Taïpe puisse organiser un référendum d’autodétermination, ceci constituant un casus belli pour les autorités chinoises qui entrainerait le déclenchement immédiat d’une opération militaire. Cette posture est évidemment incompatible avec les agissements russes en Ukraine, ces derniers ayant non seulement mené une opération militaire de conquête, mais également justifié les gains territoriaux par des referendums, certes factices, mais des referendum tout de même. Pour autant, pour Pékin, il est également absolument indispensable que Moscou sorte, si pas vainqueur de cette guerre, en tout cas en justifiant à minima de gains territoriaux et d’un pat stratégique. Et il semble bien que ce dernier aspect ait pris le pas sur les positions publiques chinoises traditionnelles.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR