La planification russe se prépare à une confrontation avec l’OTAN

Comme chaque année, le ministre de la Défense, Sergeï Choïgou, et le chef d’état-major des armées russes, le général Valery Gerasimov, ont présenté au président Vladimir Poutine, la synthèse de l’état des forces, ainsi que les axes retenus pour la planification militaire à venir. De manière étonnante, eu égard à l’actualité depuis le 24 février, cet exercice s’est tenu de manière presque traditionnelle cette année. Et comme les années précédentes, le discours fait par Sergeï Choïgou fit état de nombreux progrès, notamment dans la modernisation des forces stratégiques qui dépassent désormais, selon les abaques du ministère, un taux de modernisation de 91% pour l’ensemble de la triade nucléaire, ainsi que de l’arrivée au sein des forces de nouveaux équipements, dont un sous-marin nucléaire lanceur d’engin de la classe Borei-A et un sous-marin nucléaire d’attaque de la classe Yassen. Pour autant, les annonces faites cette année, si dans la forme respectaient le cadre défini de cet exercice ces dernières années, présentent une situation, et une ambition entièrement nouvelles pour les armées russes.

Un simple objectif présenté par le ministre russe, résume à lui seul le changement d’ambitions du Kremlin pour ses armées, qui vont passer d’un format de 1 millions d’hommes, hors réserves, à un format de 1,5 millions d’hommes, soit une hausse de 50%. Pour y parvenir, le Ministère de la Défense entend étendre le nombre de militaires sous-contrat pour atteindre 695.000, et étendre la conscription en passant d’un âge minimum de 18 à 21, et d’un âge maximum à 30 ans. En outre, des efforts particuliers seront fait afin de permettre aux conscrits de souscrire un contrat d’engagement, y compris en les dispensant de la période de service nationale, ce qui constitue un argument de poids eu égard aux différences de soldes entre les deux catégories. Rappelons qu’il y a quelques semaines, le Ministère de la défense russe avait annoncé que le budget de la défense serait porté en 2023 à plus de 4,700 Md Roubles, soit plus de 75 Md$, en hausse de prés de 50% vis-à-vis de 2021. On peut y voir une relation avec le début de l’effondrement du roubles, qui a perdu 25% ces dernières semaines.

Les forces stratégiques russes auraient atteint un taux de modernisation de 91,3% selon le ministre de la défense russe. Ici, un tir de missile balistique intercontinental RS-24 Yars.

Cette extension des forces va permettre de créer ou de faire évoluer de nombreuses unités, avec la création de 3 divisions d’infanterie motorisée dans les Oblast de Kherson et de Zaporozhye, ainsi que d’un Corps d’armée en Carélie, la région qui borde la frontière finlandaise. En outre, 7 brigades motorisées des districts ouest, centre, est de la Flotte du nord, seront transformées en division de fusillés motorisés, alors que deux nouvelles divisions seront créées pour renforcer les troupes d’assaut aéroportées. Les troupes d’infanterie de Marine seront, quant à elles, réorganisées pour créer 5 nouvelles divisions. Au total, ce seront donc 22 à 25 nouvelles divisions qui seront formées dans les années à venir, sans qu’un planning précis n’ait été présenté lors de la réunion.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR