L’Allemagne sous pression pour accepter la livraison de chars Leopard 2 à l’Ukraine

« Pourquoi moi ? » C’est probablement une phrase que doit se dire le chancelier allemand Olaf Scholz, alors que la guerre en Ukraine a débuté quelques semaines à peine après qu’il a formé son gouvernement de coalition. En effet, au delà des conséquences difficiles du point de vue économique et énergétique de ce conflit, en particulier en Allemagne qui dépendait considérablement du gaz russe avant guerre, celui-fait l’objet, depuis le début du conflit, de nombreuses critiques et pressions au sujet de l’aide militaire fournie par Berlin à Kyiv. Et alors que l’Allemagne a déjà fait une certaine révolution conceptuelle en acceptant de livrer des armes légères, puis des blindés, des systèmes d’artillerie, des batteries anti-aériennes et désormais des véhicules de combat d’infanterie Marder, il semble que les attentes internationales vis-à-vis de Berlin ne cessent de croitre, alors que désormais, plusieurs pays font ouvertement pression sur Berlin pour amener les autorités allemandes à autoriser la livraison de chars lourds Leopard 2 aux forces armées ukrainiennes.

Ainsi, après le coup de communication du président français au sujet des « chars de combat légers » AMX-10RC qui seront livrés aux défenseurs ukrainiens, et le probable coup de pression de Joe Biden le jour suivant pour amener Berlin à accepter la livraison non anticipée de Marder, ce sont désormais d’autres pays européens qui se joignent au ballet pour briser la résistance historique des allemands qui refusent de voir des chars de facture nationale évoluer face aux armées russes en Ukraine, au risque de rappeler des heures sombres de l’histoire du pays que nombre d’allemands préféraient oublier. Il faut dire que malheureusement pour Berlin, la grande majorité des armées européennes disposant de chars lourds sont précisément équipés de chars Leopard 2 conçus par Krauss-Maffei Wegmann, et que la réexportation de ces blindés vers l’Ukraine nécessite de fait l’accord explicite des autorités allemandes.

La décision française de livrer des chars légers AMX-10RC à l’Ukraine a donné le départ d’une dynamique occidentale pour livrer des équipements blindés lourds aux armées de Kyiv

Le fait est, aujourd’hui, la Pologne mais également la Finlande, seraient prêtes à fournir aux armées ukrainiennes une partie de leurs chars Leopard 2. Les industriels allemands avaient, quant à eux, annoncé dès le mois de mars, qu’ils pouvaient au besoin livrer quelques dizaines de Leopard 1 après une phase de remise en état. Dans le même temps, Londres a laissé entendre que la Grande-Bretagne pourrait livrer une dizaine de chars lourds Challenger 2, équivalent britannique du Leopard 2, à Kyiv, dans une redite survitaminée de l’initiative française au sujet des AMX-10RC qui donna le départ de la dynamique actuelle pour livrer des blindés lourds occidentaux aux armées ukrainiennes.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR