L’Allemagne peinerait à trouver les 40 VCI Marder promis à l’Ukraine pour mars

Le 5 janvier, suite à l’annonce par la France de la livraison prochaine d’un nombre indéterminé d’AMX-10RC, Olaf Scholz, le chancelier allemand, annonçait conjointement à son homologue américain Joe Biden qui promit 50 véhicules de combat d’infanterie (VCI) Bradley, la livraison de 40 VCI Marder, un blindé chenillé de plus de 35 tonnes capable de transporter en première ligne 6 soldats en arme, et de soutenir leur engagement avec un canon de 20 mm, une mitrailleuse de 7,62mm et un lance-missile antichar MILAN. Alors que tout indique que les armées ukrainiennes entendent lancer, au début du printemps, une vaste offensive pour libérer le territoire encore sous contrôle russe, avant que les armées et l’industrie de l’adversaire puissent reprendre l’avantage numérique, il était donc nécessaire, pour Olaf Scholz comme pour Joe Biden et Emmanuel Macron, de promettre leurs nouveaux blindés pour le mois de mars.

Or, selon un article publié par le site d’information Spiegel, il semble bien que l’annonce faite par le chancelier allemand ait pris tout le monde au dépourvu outre Rhin. En effet, ni l’industrie, ni les armées, et pas même le Ministère de la Défense, n’avaient été consultés selon les journalistes allemands, par le Chancelier en amont de cette promesse, visiblement davantage obtenue par Joe Biden qu’anticipée par l’exécutif berlinois. Et aujourd’hui, les alternatives pour effectivement livrer les 40 Marder promis à Kyiv selon le calendrier prévu, sont loin d’être évidentes, et encore moins satisfaisantes, alors que la Bundeswehr comme les industriels allemands font déjà face à des contraintes des plus importantes pour maintenir les capacités défensives minimum du pays.

Destinés à remplacer les Marder, les VCI Puma rencontrent d’importants problèmes de fiabilité et de performances

Il est vrai que dès le début du conflit en Ukraine, Rheinmetall et KMW avaient annoncé qu’ils étaient en capacité de remettre en fonction un certain nombre de blindés comme des systèmes anti-aériens Guépard, des chars Leopard 1 et des VCI Marder, pour soutenir l’effort ukrainien face à l’agression russe. Toutefois, et ce fut parfaitement expliqué par les industriels, il était non seulement nécessaire pour cela d’obtenir l’aval des autorités allemandes, mais également d’obtenir les crédits et les délais nécessaires pour remettre en service ces blindés actuellement sous cocons. Et pour remettre en service une quarantaine de Marder en stock industriel, les délais sont plus importants que les quelques semaines anticipées par Berlin, si tant est que la commande et les crédits venant du Ministère de la Défense soient transmis dans des délais très courts, domaine dans lequel la bureaucratie allemande est loin d’exceller.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR