Nouveau sous-marin nucléaire nord-coréen : un fake de plus, mais celui-ci peut faire très mal !

Pyongyang a annoncé le lancement d’un nouveau sous-marin nucléaire nord-coréen, photos à l’appui. À l’instar du char M2020, de sa torpille nucléaire baptisée Tsunami, ou du satellite d’observation militaire, ce sous-marin n’est pas plus nucléaire qu’il n’est nouveau. Son armement, en revanche, c’est une autre histoire…

Le 7 septembre, les autorités nord-coréennes, au travers de l’agence de presse d’état KNCA, ont annoncé le lancement d’un nouveau submersible présenté comme un « sous-marin nucléaire tactique d’attaque ».

Si, comme c’est souvent le cas, Pyongyang a largement galvaudé et exagéré, dans sa présentation, les capacités du nouveau navire, il n’en demeure pas moins vrai qu’il représente une nouvelle menace bien réelle, avec laquelle la Corée du Sud et le Japon, ainsi que les forces américaines qui y stationnent, vont devoir composer.

Découvrez le sous-marin nucléaire nord-coréen Hero Kim Gun-ok

« Hero Kim Gun-ok ». C’est ainsi qu’a été baptisé le nouveau sous-marin nord-coréen, dont le lancement a été annoncé ce 7 septembre par l’agence de presse KNCA. Le lancement, dont le protocole et certaines procédures ont été directement inspirées de ceux employés en occident pour lancer les sous-marins sensibles comme les SNA et SNLE, a donné lieu une diffusion publique de nombreux clichés, chose suffisamment rare pour saisir la portée de l’événement.

En effet, le Hero Kim Gun-ok n’est pas un simple sous-marin. Selon Pyongyang, il s’agirait d’un « sous-marin nucléaire tactique d’attaque », tel qu’il a été référencé par la nomenclature nord-coréenne. Les clichés diffusés montrent qu’effectivement, le navire arbore une excroissance dorsale à l’arrière du kiosque, abritant dix portes de silo de lancement vertical de missile.

Comme c’est désormais la norme, la présentation nord-coréenne est conçue pour fourvoyer l’observateur. En effet, le Hero Kim Gun-ok n’est en rien un sous-marin nucléaire, comme ceux en service en Chine, aux Etats-Unis, en France, au Royaume-Uni et en Russie. Le navire s’appuie sur une propulsion conventionnelle diesel-électrique, et non sur un réacteur nucléaire.

Whiskey class Corée du Nord | Armes nucléaires | Constructions Navales militaires
Comme les Romeo, les sous-marins soviétiques de la classe Whiskey ont été dérivés des quatre Type XXI saisis à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

De fait, il n’aura pas l’autonomie en plongée des sous-marins nucléaires, qui est potentiellement illimitée, même si, dans les faits, celle-ci est limitée par l’accès à la nourriture et la santé psychologique de l’équipage, de 2 à 3 mois. Il n’aura pas davantage des performances comparables, les SNA et SNLE pouvant maintenir une vitesse très élevée pendant toute la durée de la plongée, n’étant pas restreints par la charge des batteries.

Qui est en fait dérivé de la classe Romeo des années 50

Le Hero Kim Gun-ok, lui, est un modèle dérivé de la famille de sous-marin du projet soviétique 633, désignée par l’OTAN sous le nom de classe Romeo. Entrés en service à partir de 1957, ces sous-marins diesel électrique océaniques visaient à remplacer les Zulu conçus à la fin de la Seconde Guerre mondiale, sur la base des 4 Type XXI allemands saisis par les forces soviétiques.


Il reste 75 % de cet article à lire, Abonnez-vous pour y accéder !

Logo Metadefense 93x93 2 Corée du Nord | Armes nucléaires | Constructions Navales militaires

Les abonnements Classiques donnent accès aux
articles dans leur version intégrale, et sans publicité,
à partir de 1,99 €.


Pour Aller plus loin

All

1 COMMENTAIRE

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR