Le parlement japonais valide la nouvelle Stratégie Nationale de Sécurité visant un effort de 2% du PIB en 2027

A l’instar de la Loi de Programmation Militaire en France, La Stratégie nationale de sécurité nippone encadre l’effort de défense du pays sur une échelle pluriannuelle de 5 ans. Et comme pour la LPM, le document recouvre à la fois les aspects budgétaires, capacitaires, technologiques et même doctrinaux qui seront mis en oeuvre sur le quinquennat à venir. Traditionnellement, cet exercice, par ailleurs fortement contraint par la constitution nippone et en particulier son article 9 qui limite les prérogatives des forces d’autodéfense japonaises et lui interdit toute autre action que défensive, ne faisait pas l’objet d’âpres discussions au parlement, même si, sous la conduite de…

Lire l'Article

Après Londres et Berlin, Tokyo et Rome temporisent leurs ambitions budgétaires de Défense

Lors des premiers mois ayant suivi le début de l’offensive russe en Ukraine, de nombreux pays, en Europe comme ailleurs, annoncèrent d’importantes augmentations concernant leur effort de défense, afin de faire face à la réorganisation de la menace et de la géopolitique mondiale. Ainsi, dès le 27 février, le Chancelier allemand Olaf Scholz annonçait devant le Bundestag la mise en oeuvre d’une enveloppe de 100 Md€ pour financer les dossiers d’équipements critiques de la Bundeswehr, ainsi que la hausse rapide de l’effort de défense allemand pour atteindre, et même dépasser, les 2% de PIB. Suite à quoi, de nombreux autres pays, jusque là rétifs à…

Lire l'Article

Japon, Allemagne : va-t-on vers l’émergence de nouvelles armées hyper-technologiques ?

Quelques jours après de le début de l’offensive russe contre l’Ukraine, le Chancelier allemand Olaf Scholz annonçait, devant le Bundestag, son intention d’amener l’effort de défense du pays « au delà de 2% du PIB », rompant avec 3 décennies de sous-investissements chroniques de la Bundeswehr, qui aujourd’hui tient davantage d’une administration que d’une armée opérationnelle. Quelques mois plus tard, ce fut au tour du parti libéral démocrate nippon, qui dirige le pays depuis 2012, d’annoncer son intention d’augmenter considérablement l’effort de défense du pays, en brisant le plafond de fer qui limitait le financement des forces d’autodéfense japonaises à 1% du PIB, et de porter cet…

Lire l'Article

Le Japon s’apprête à supprimer son plafond de dépense pour sa défense

A la sortie de la seconde guerre mondiale, le Japon occupé par les forces américaines fut doté d’une constitution rédigée à la hâte par les services plénipotentiaires de Washington sous le controle strict du Général MacArthur. S’en suivit une constitution très restrictive quant aux capacités de défense du pays. Contrairement à l’Allemagne Fédérale qui obtint dès le milieux des années 50 le feu vert de Washington, Londres et Paris pour accroitre son effort de défense dans le cadre de l’OTAN, pour devenir en quelques années la plus importante force armée conventionnelle du vieux continent, les forces d’auto-défense nippones restèrent contenues dans une effort d’investissement strictement…

Lire l'Article

Le Japon veut des « options » face aux nouvelles capacités balistiques nord-coréennes

Jusqu’il y a peu, Tokyo s’appuyait pleinement sur son bouclier anti-missile, et notamment sur ses 8 destroyers lourds AEGIS des classes Kongo, Atago et Maya, pour neutraliser la menace balistique venant de Corée du Nord. Mais les performances démontrées ces derniers mois de la technologie de Pyongyang, qu’il s’agisse de missiles à trajectoire semi-balistiques capables d’évoluer sous le plancher des systèmes anti-balistiques, ou des nouveaux systèmes dotés de planeurs hypersoniques, ont largement mis à mal ces certitudes, au point d’amener les autorités nippones à considérer des options qui jusqu’ici n’étaient pas même imaginées. Le 23 octobre, à la suite du dernier essai de missile tactique…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR