KNDS et Rheinmetall choisis par l’armée hongroise

Les forces armées hongroises viennent de passer commande pour 44 chars de combat Leopard 2A7+ et 24 canons automoteur blindé chenillé de 155 mm Pzh 2000, faisant de la Hongrie le 19 ème client du Leopard 2 dans le monde, et le 8 ème client pour le Pzh 2000. Cette commande représentera un bon capacitaire très important pour la petite armée hongroise de 27.000 hommes, qui ne dispose aujourd’hui que de 34 chars de combat T72 et n’aligne qu’une douzaine d’obusiers de 120mm tractés en terme d’artillerie.

Cette commande marque également le retour de plus en plus sensible des commandes en matière de chars de combat et des systèmes d’artillerie lourd dans le monde entier, même en Europe, et ce malgré un important coup d’arrêt des acquisitions à partir de 2005. En effet, il s’agit de la première commande de Leopard 2 neufs intervenant sur cette décennie, et la seconde concernant des Pzh 2000 neufs, après celle du Qatar en 2015, sur la même période.

PZH 2000 croatie Actualités Défense | Allemagne | Artillerie
Le canon automoteur blindé PZH 2000 de 155mm est en service dans 7 forces armées aujourd’hui, dont les forces croates ici représentées

Pourtant, grâce à un programme de modernisation efficace et au programme Leoben regroupant les utilisateurs du blindé, Krauss Maffei Wegman, concepteur et principal fabriquant du Leopard 2, a su maintenir des lignes de production en état, et ce malgré l’absence de nouvelles commandes. De fait, et contrairement au Leclerc français, ou au Challenger 2 britannique, KMW, devenu entre temps KNDS avec le français Nexter, est aujourd’hui le seul industriel européen capable de répondre à une demande de char de combat. Alors que le marché international s’ouvre à nouveau, plusieurs pays, dont l’Arabie saoudite, l’Egypte, le Maroc et même l’Inde, n’ont d’autres choix que de se retourner vers l’Abrams américain ou les productions russes ou chinoises, lorsqu’ils veulent s’équiper de nouveaux chars.

En outre, avec seulement 220 chars de combat en France, 326 en Allemagne, 170 en Grande-Bretagne, et moins de 600 dans l’ensemble des autres pays européens, la composante lourde des forces européennes est pourtant le parent pauvre de la Défense du continent, que ce soit au niveau de l’UE comme de l’OTAN, qui n’arrive à aligner seule qu’un tiers des 4500 chars de combat opérationnels dont disposent les forces armées russes. A ce titre, avec un calendrier approprié et probablement plus resserré que celui actuellement envisagé, et des objectifs technologiques et tarifaires raisonnables, le programme MGCS franco-allemand pourrait bien être en mesure de s’appuyer sur un marché intérieur européen très en demande. Encore faudra-t-il arriver à passer outre les ambitions personnelles politiques ou industrielles de certains, et les aspirations parfois excessives du technologisme d’autres, tout en gardant à l’esprit que le T14 Armata sera proposé à moins de 6 m$ l’unité sur le marché international, et ce dés le début des années 2020…

- Publicité -

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles