L’Armée chinoise simule un assaut amphibie massif sur l’ile de Hainan, réplique de Taïwan

L’ile chinoise de Hainan, avec ses 34.000 km2 et ses 1.500 km de cotes, est à elle seule une province du pays qui abrite 8 millions d’habitants et dispose de nombreuses infrastructures de défense, notamment la base de sous-marins nucléaires de Longpo à coté de la ville de Yulin, est en bien des aspects, une réplique grandeur nature de l’ile de Taïwan, de ses 36.000 km2 et de ses 1550 km de cotes. De toute évidence, la chose n’a pas échappé aux stratèges de l’Armée Populaire de Libération, qui ont organisé, cette fin de semaine, un immense exercice aéronaval et amphibie, prenant place précisément sur l’ensemble de l’ile Hainan, avec de nombreux exercices d’assaut amphibie et navals selon 3 axes différents incluant des tirs à munition réelle. Le nombre et la nature des forces mobilisées dans cet exercice n’ont pas été communiqués par les autorités chinoises, mais eu égard aux importantes surfaces maritimes interdites à la navigation entre Mercredi et Vendredi, il est probable que celles-ci soient plus que conséquentes.

Cet exercice massif a évidement pour but, au delà de l’entraînement des personnels de l’APL, de faire monter la pression sur les autorités taïwanaises, alors que les frictions entre les deux pays, ainsi qu’avec le camps occidental au sujet de cette crise, ne cessent de croitre. Plus qu’un exercice, il s’agit donc d’une démonstration de forces, elle-même prenant lieu quelques semaines après que les forces aériennes chinoises aient fait la démonstration de leur capacité à déployer des moyens aériens au delà de l’ile de Taïwan, voulant montrer par là qu’elles étaient en mesure de s’opposer à une éventuelle force occidentale venue épauler l’ile indépendante dans l’hypothèse d’un assaut lancé depuis le continent. Elle montre également que la menace d’une intervention militaire contre l’ile de Taiwan ne doit plus s’envisager dans un futur, même proche, mais dans une perception immédiate.

Avec seulement 2 LHD Type 075 a disposition, la marine chinoise ne dispose pas encore des capacités de projection de puissance adaptées pour mener un assaut massif sur Taiwan, notamment sur la cote orientale de l’ile. Mais elle disposera de 8 de ces bâtiments en 2027.

Cette manoeuvre intervient dans un contexte international plus que problématique pour Washington, déjà très sollicité sur le front européen face aux menaces directes sur l’Ukraine émanant de Moscou, mais également au Moyen-orient, alors que Jerusalem ne cesse de pousser les Etats-Unis à leur donner le feu vert pour mener des frappes contre le programme nucléaire iranien. Or, chacune de ces crises en gestation présente d’importants risques non seulement d’évoluer vers un conflit ouvert entre des puissances militaires importantes, mais également de déborder de leur cadre initial, et donc de nécessiter une intervention directe des forces armées américaines. Pire encore, le risque de voir le déclenchement d’une ces crises entrainer l’une ou les autres, voire les deux, dans son sillage, est loin d’être négligeable, d’autant qu’il correspondrait au scénario du pire pour Washington.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR