Le Type 076 chinois sera-t-il un porte-drones ou un porte-avions léger ?

Si la construction d’un successeur au porte-hélicoptères d’assaut amphibie Type 075 de la Marine chinoise, baptisé Type 076, est évoquée depuis 2020, les caractéristiques et la fonction exacte de ce navire, a donné lieu à de nombreuses spéculations, enrichies des déclarations officielles chinoises.

C’est ainsi qu’au fil des années, le Type 076 est passé d’un LHD (Landing Helicopter Dock), comme le Type 075, à un porte-drones d’assaut, remplaçant une partie de ses hélicoptères d’assaut et d’attaque, par des drones à voilure fixe, pour assurer les fonctions de protection et de soutien du navire et des troupes débarquées.

Les récents clichés apparus sur les réseaux sociaux, montrant les progrès de la construction du premier navire de la classe, par les chantiers navals CSSC de Shanghai, montrent que, comme évoqué, le navire disposera bien d’une catapulte, et disposera donc de la capacité à mettre en œuvre ces drones de combat à ailes fixes.

Toutefois, la taille du navire, et la longueur de la tranchée qui va accueillir son unique catapulte, dessine une autre possibilité, celle d’employer le Type 076, comme un porte-avions léger, une classe de navire disparue avec le retrait du HMS illustrions de la Royal Navy, en 2014, mais qui semble retrouver de l’attrait ces dernières années.

La construction du premier porte-aéronef d’assaut Type 076 chinois avance rapidement à Shanghai

La construction du premier Type 076 a été annoncée publiquement en septembre 2023 par les chantiers navals Hudong-Zhonghua de Shanghai, marquant la fin de la phase de conception, et le début de la phase de construction. Neuf mois plus tard, la coque du navire a considérablement avancé, au point que le site Navalnews.com, estime désormais son lancement pour le début de l’année 2025.

type 076 CSSC Shanghai
un des derniers clichés, particulièrement net, montrant la progression de la construction du Type 076 à Shanghai. Remarquez la tranché pour la catapule à l’avant babord.

Si le Type 076 ne renie pas sa parenté avec le Type 075, il sera, toutefois, très différent de son ascendant. Ainsi, le navire devrait être plus long d’environ 10 mètres, et surtout beaucoup plus large, de sorte à disposer d’un pont d’envol droit bien plus étendu. Il devrait, ainsi, atteindre un tonnage de 45 000 tonnes en charge, 10 000 tonnes de plus que les Type 075, faisant jeu égal avec les LHA de la classe America de l’US Navy, ainsi qu’avec le porte-avions français Charles de Gaulle.

On constate, sur les photos prises par les passagers des lignes aériennes chinoises, puis postées sur internet, que le navire sera doté d’un double ilot, comme les porte-avions britanniques de la classe Queen Elizabeth, et le porte-aéronefs italien Trieste, probablement pour des questions de cheminées.

Selon le spécialiste du site naval News, il sera aussi doté d’une propulsion à turbine à gaz. Celle-ci s’avère plus efficace pour atteindre les vitesses requises pour les manœuvres aviations à ailes fixes. En outre, il sera doté d’au moins un ascenseur latéral, permettant des déplacements fluides sur le pont d’envol, sans gêner les manœuvres aviations.

Une catapulte de 100 mètres, similaire à celles du nouveau porte-avions CV18 Fujian de la Marine chinoise

Mais le point le plus déterminant, concernant le Type 076 en construction, est incontestablement la tranchée destinée à accueillir la catapulte électromagnétique qui permettra le lancement d’appareils à ailes fixes, à chargement maximal.

Type 076 construction
Le Type 076 sera 10 OOO tonnes plus lourd que le Type 075 qui le précéde au sein de la Marine chinoise.

En effet, celle-ci atteint la longueur de 100 mètres (estimés), soit la même que celles équipant le nouveau porte-avions lourd CV18 Fujian. Associé à une vitesse de pointe de 25 nœuds ou plus, grâce aux turbines à gaz, le Type 076 sera donc, théoriquement, en capacité de lancer des appareils embarqués particulièrement lourds, requérant une catapulte « longue » pour atteindre la vitesse initiale requise.

Or, jusqu’à présent, les modèles de drones observés sur les essais de déplacement sur la maquette du pont d’envol du Type 076, sont des modèles proches du GJ-11, un drone de combat furtif de la catégorie 6 tonnes, ne nécessiteraient nullement une telle catapulte pour prendre l’air à charge maximale.

Se pose donc la question de la fonction future du Type 076, ou, plus particulièrement, de son groupe aérien embarqué.

Porte-drones, LHD ou porte-avions léger, à quoi serviront les Type 076

Les clichés récents publiés, concernant la construction du premier navire, apportent quelques éclaircissements à ce sujet. D’abord, celui-ci semble bien conserver son radier arrière, et conservera donc sa fonction amphibie, comme les Type 075 dont il est dérivé. D’ailleurs, la forme et la dimension de ce radier semble identique à celle de ce dernier, en dépit d’une coque plus large.

type 075 LHD Marine chinoise
La Marine chinoise dispose aujorud’hui de 3 LHD Type 075, un quatrième navire étant proche du lancement.

De toute évidence, par ailleurs, la Marine chinoise se prépare à déployer, en plus des hélicoptères Z-8, Z-10 et Z-20 qui arment déjà les Type 075, des drones de combat, comme le montre les entrainements réalisés avec des maquettes de ces drones, sur le pont d’entrainement du navire. De fait, la fonction LHD du navire, comme celle de porte-drones, paraissent, donc, se confirmer. Mais le Type 076 pourrait bien faire davantage.

En effet, comme évoqué précédemment, la présence d’une catapulte électromagnétique longue, d’une propulsion à turbine à gaz, et d’au moins un ascenseur latéral, laisse penser que le Type 076 pourrait également embarquer des avions à ailes fixes particulièrement lourds, et donc, probablement, pilotés, qu’il s’agisse du J-35, du J-15T ou de l’avion de veille aérienne KJ-600.

Le fait que le navire ne dispose que d’un pont droit, tendrait à indiquer que le nombre de ces aéronefs sera limité, puisqu’il faudra dégager le pont à chaque majeure aviation, ne permettant pas un rythme soutenu de rotations aériennes. Toutefois, une telle configuration devrait permettre de soutenir entre 20 et 30 manœuvres par jour (catapultage ou appontage), ce qui correspond à une flotte embarquée d’une dizaine d’aéronefs.

Un navire de combat aéro-amphibie complet proche de la classe America de l’US Navy

Ainsi, le Type 076 se rapprocherait des capacités des LHA de la classe America, qui emportent une vingtaine d’aéronefs, dont une dizaine de F-35B, en disposant d’une flotte relativement similaire en volume, se partageant entre des avions de combat pilotés épaulés de drones de combat, et d’hélicoptères d’assaut et d’attaque.

LHA america en mode porte-avions leger
Le LHA America de l’US Navy en version porte-avions léger, avec une vingtaine de F-35B à son bord.

Il pourrait, en outre, en fonction des besoins, privilégier un type ou l’autre de ses capacités, selon qu’il doit être employé dans la fonction d’assaut amphibie, ou de porte-avions léger, en adaptant la composition de son groupe aérien embarqué, voire en employant les espaces dédiés aux forces amphibies, pour le soutien de la fonction aviation embarquée.

Disposer d’une nouvelle classe de ce type, permettrait, de fait, à la Marine chinoise, de contrer, à parité, la souplesse conférée par les LHA de la classe America, pour l’US Navy, en augmentant au besoin, la flotte de navires amphibies, ou de porte-aéronefs, selon que l’on est en mission de projection de puissance ou d’interdiction.

Conclusion

Il faudra encore patienter pour que ces hypothèses, éclairées, deviennent des certitudes, concernant le potentiel opérationnel des Type 076. Cependant, sachant que concomitamment à la construction du premier Type 076, les chantiers navals Hudong-Zhonghua ont également construit la quatrième unité de la classe Type 075, cela tend à renforcer l’idée que le nouveau navire sera bien davantage qu’un LHA évolué, et qu’il disposera bien de capacités étendues en termes d’aviation embarquée.

La construction de cette classe montre, également, à quel point l’écart technologique et capacitaire séparant la Marine chinoise et l’US Navy tend à se réduire rapidement. L’US Navy estime, à ce sujet, qu’elle disposera encore de l’ascendant dans ce domaine jusqu’à la fin de la décennie, en grande partie grâce à ses unités aéronavales et ses sous-marins. Au-delà, toutefois, le sujet est beaucoup plus ouvert.

J-35 marine chinoise
Le J-35 trouvera-t-il son chemin à bord des Type 076 comme les F-35B à bord des classes America ?

Or, dans l’hypothèse d’un conflit autour de Taïwan, à ce moment-là, la Chine pourrait s’appuyer sur deux atouts déterminants, pour prendre l’ascendant sur la flotte américaine. Le premier est la proximité de l’ile autonome du continent chinois, et donc, des bases aériennes et sites de missiles de l’Armée Populaire de libération.

Le second avantage, non moins déterminant, repose sur l’outil industriel naval chinois, représentant 65 % de la construction navale mondiale. La Marine chinoise disposera, dès lors, d’une capacité de régénération et de réparation, considérablement supérieure à celle dont dispose l’US Navy.

Dans tous les cas, entre des navires de plus en plus performants, et produits de plus en plus vite, il sera très difficile, pour ne pas dire impossible, à l’US Navy, de relever, seule, le défi chinois dans le pacifique, alors que le temps continue de jouer en faveur de Pékin.

Article du 18 juin en version intégrale jusqu’au 27 juillet 2024

Pour Aller plus loin

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR