Le conflit Russo-Ukrainien après 36 heures de combat

Alors que l’offensive russe contre l’Ukraine a débuté depuis un peu plus de 36 heures, les informations concernant la conduite des opérations de la part des deux belligérants, mais également la réalité des combats relayée par la communauté OSINT et par les quelques journalistes qui restent sur place, permettent d’ores et déjà de tirer les premiers enseignements de cette guerre, mais aussi des capacités opérationnelles des deux armées.

Plus de 160 missiles balistiques et de croisières tirés en 24 heures

Si les forces russes mirent en oeuvre des missiles de croisière Kalibr tirés à partir de corvettes et de sous-marins positionnés en Mer Noire et en Mer Caspienne durant leur intervention en Syrie, c’est la première fois que celles-ci emploient spécifiquement une stratégie de suppression à longue portée comparable à celle traditionnellement mise en oeuvre par les Etats-Unis. Ainsi, les forces russes auraient lancé pas moins d’une centaine de missiles balistiques à courte portée Iskander lors de la première journée de combat, ainsi qu’une soixantaine de missiles de croisière de type Kalibr principalement lancés à partir des navires déployés en Mer Noire. Ces frappes permirent d’éliminer certains sites stratégiques, et d’affaiblir la défense ukrainienne et sa coordination.

Les bases aériennes ukrainiennes furent particulièrement visées par ces frappes, 11 d’entre elles ayant été neutralisées dans les premières heures de l’engagement. Les principales défenses aériennes du pays, en particulier les batteries de missiles S-300, furent également éliminées, sans que l’on puisse précisément déterminer si ce fut le fait de missiles balistiques ou de croisière, ou de frappes aériennes épaulées par des appareils de guerre électronique. De fait, les forces russes ont obtenu, en moins de 12 heures, la supériorité aérienne sur l’ensemble du territoire ukrainien, un avantage déterminant dans la poursuite des opérations. Pour autant, il semble que toutes les cibles initiales ukrainiennes n’aient pas été détruites.

Bombardement de Kyiv par missile balistique

Ainsi, certaines videos postées montrent aujourd’hui encore des missiles russes interceptés par la défense anti-aérienne ukrainienne. Plus étonnant encore, l’Ukraine est parvenue à lancer un missile balistique Toshka contre la base aérienne de Rostov, celui-ci ayant, semble-t-il, endommagé deux Su-30. Il semble que le missile ait réussi à pénétrer le bouclier anti-aérien et anti-missile déployé par les forces russes avec 35 brigades anti-aériennes entourant l’Ukraine. En outre, plusieurs appareils russes ont été abattus par les défenses anti-aériennes ukrainiennes, sans que l’on sache s’il s’agissait de missiles portables ou de dispositifs plus importants. Il semble également que plusieurs missiles de croisière auraient été interceptés aujourd’hui encore par la Défense antiaérienne ukrainienne autours de Kyiv, ce qui suppose qu’au moins une partie de ces défense aient survécues aux attaques russes.

Des fronts aux dynamiques très différentes

La dynamique globale de l’offensive russe apparait désormais clairement, aprés 36 heures de combat. 4 grands axes d’offensive émergent en effet, et présentent des dynamiques très différentes les uns des autres.

Le Front Est
Faisant face au Donbass, il s’agissait de l’axe le plus probable de l’offensive russe. Si de nombreuses attaques et bombardements ont effectivement été enregistrés, il s’agit du front sur lequel les forces russes ont le moins progressé. On ignore objectivement si ceci est le fait d’une résistance accrue des forces ukrainiennes, ou d’une poussée moindre de la part des russes eux-mêmes. Il est vrai que les forces ukrainiennes positionnées sur ce front anticipaient une offensive massive, et étaient particulièrement bien retranchées. Il est particulièrement interessant qu’en dépit de combats féroces, la ville côtière de Mariopol reste à cette heure aux mains des ukrainiens, alors qu’elle constitue une position stratégique pour le controle de la Mer d’Azov. Certaines informations récentes non recoupées indiqueraient qu’une opération amphibie d’ampleur aurait actuellement lieu pour précisément encercler cette ville et tenter de la reprendre.

plusieurs navires d’assaut porte-chars russes ont été déployés préalablement au début des combats en Mer Noire

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR