Les compensations industrielles autour du F-35 moitié moindres que prévues en Belgique

En octobre 2018, les autorités belges annoncèrent l’acquisition de 34 avions de combat F-35A auprés de l’américain Lockheed-Martin pour remplacer sa flotte de F-16, s’alignant ainsi sur le choix néerlandais, Amsterdam ayant commandé en 2013 37 appareils de ce type, format qui évoluera jusqu’à 52 appareils aujourd’hui, et qui pourrait bien continuer à croitre maintenant que les autorités néerlandaises ont entrepris d’accroitre leur effort de défense à 2% du PIB. Pour autant, la décision du gouvernement Michel de 2018, en grande partie conditionnée par l’intense lobbying de l’OTAN et du ministre flamand de La Défense Steven Vandeput, n’a jamais cessé de susciter la controverse outre-quiévrain, avec notamment une remise en question récurrente de la part de nombreux parlementaires belges. Et les récentes révélations publiées en début de semaine dans la presse bruxelloise engendreront probablement une nouvelle vague de protestation, alors que le pays s’interrogent quant à la possibilité de commander des appareils supplémentaires.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR