Le Tampon Operationnel, une alternative pour renforcer les Armées et l’Industrie de Défense

Face aux bouleversements rapides qui touchent les équilibres géostratégiques dans le monde, les armées françaises, comme l’industrie de défense nationale, font face à un problème complémentaire mais sans solution évidente. En effet, les armées ne cessent de répéter, de manière de plus en plus audible, qu’elles manquent de moyens, et notamment de moyens lourds et d’effectifs, pour assurer leurs missions dans un contexte ou les engagements de haute intensité pourraient redevenir possible, voire devenir la norme. Dans le même temps, la base industrielle et technologique Défense française, ou BITD, si elle dispose aujourd’hui d’une activité relativement soutenue, manque clairement de visibilité à moyen terme, mais…

Lire l'Article

Porter l’effort de défense de la France à 3% du PIB : nécessaire ? suffisant ? soutenable ?

Lors de sa dernière audition en tant que Chef d’Etat-Major des Armées par la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale, le Général Lecointre, interrogé par un député sur ce dont auraient besoin les armées pour retrouver une posture défensive comparable à celle des années 60 et 70, a répondu non sans malice « 4% de PIB, comme à cette époque ». Au delà du trait d’humour d’un militaire remarquable à la carrière plus qu’exemplaire, le Général Lecointre a posé clairement devant les députés le problème qui sous-tend l’efficacité et les performances de nos armées aujourd’hui, à savoir le « nerf de la guerre’, le budget dont elles…

Lire l'Article

La cooperation industrielle défense franco-allemande cristallise les opinions en France

Depuis quelques semaines, les programmes de coopération industrielle franco-allemands de défense, comme le programme d’avions de combat de nouvelle génération SCAF et le programme de chars de combat MGCS, ont rencontré de nombreuses difficultés. Face à une certaine intransigeance et des exigences excessives de la part de l’Allemagne, l’Industrie de Défense française, mais également un part significative de l’opinion publique nationale, s’est arcboutée dans un posture d’hostilité, dans le but de protéger l’industrie de Défense comme pour, parfois, s’opposer au principe même de coopération européenne. Ce débat, qui se tenait principalement sur les réseaux sociaux et en comité restreint, a aujourd’hui franchi un nouveau seuil,…

Lire l'Article

Les 5 enjeux stratégiques de la Supply Chain de l’Industrie de Défense française

Pour le grand public, l’Industrie de Défense française se résume à plusieurs acteurs majeurs bien connus, comme Dassault Aviation, Thales ou Naval Group. Pourtant, ces grandes entreprises ne représentent qu’une partie de la Base Industrielle et Technologique Défense nationale, ou BITD, qui bien qu’indispensable, aurait bien du mal à s’imposer en France comme à l’exportation sans le réseau de sous-traitant dense et très compétent que représente la Supply Chain de Défense. Or, aujourd’hui, entre les effets de la crise Covid-19, les difficultés pour trouver un partenaire bancaire ou certains arbitrages défavorables liés à des engagements de coopération internationale, une partie significative de cette Supply Chain…

Lire l'Article

Pour Florence Parly, le budget des armées pourra contribuer à la relance économique du pays

Ce n’est désormais plus un mystère : la crise sanitaire du coronavirus a provoqué une crise économique mondiale dont l’ampleur et les effets sont encore difficiles à évaluer. Dans les mois et années qui viennent, les difficultés budgétaires vont s’accumuler pour la plupart des pays, y compris la France. Comme nous l’avons déjà vu en Thaïlande ou encore en Allemagne, les budgets de la défense pourront être utilisés par certains gouvernements comme variable d’ajustement afin de réduire les dépenses de fonctionnement des Etats et de rediriger les budgets vers d’autres secteurs, comme la santé ou la protection sociale. Néanmoins, dans une récente déclaration, la ministre française…

Lire l'Article

La Marine Nationale va-t-elle s’équiper largement en canon RAPIDFire de 40mm ?

La question de l’artillerie moyenne sur les navires de surface de la Marine Nationale se pose déjà depuis plusieurs années, au point que la configuration générale des pièces d’artilleries des futures frégates FDI a mis un certain temps avant d’être relativement figée. Aujourd’hui, outre quelques pièces de 100mm armant les frégates et avisos (devenus patrouilleurs de haute mer) les plus anciens, la Marine articule l’artillerie de ses bâtiments autour de deux pièces principales : le 76mm de Leonardo ainsi que le 20mm Narwhal de Nexter, qui sert en complément du 76mm sur les frégates et comme pièce principale sur les nouveaux patrouilleurs. Néanmoins, depuis l’apparitions des…

Lire l'Article

Peut-on fusionner les programmes SCAF et Tempest dans un unique programme européen ?

Après l’appel de patrice Caine, CEO de Thales, c’est au tour de Guillaume Faury, le CEO d’Airbus, d’appeler au rapprochement des programmes SCAF rassemblant la l’Allemagne, l’Espagne et la France, et du programme TEMPEST menée par le Royaume-unis, avec le soutien de l’Italie et de la Suède. Mais au delà des déclarations d’intention, ce rapprochement est-il pertinent, ou seulement possible, eu égard aux paramètres entourant les deux programmes européens ? Les leçons du passé A la fin des années 80, et le début des années 90, l’Europe parvint à developper 3 programmes d’avions de chasse, le Rafale français, le Gripen suédois et le Typhoon rassemblant…

Lire l'Article

Comment un programme de chasseur léger pourrait préserver le potentiel militaire et industriel français ?

La France est engagée aujourd’hui dans un programme européen, aux cotés de l’Allemagne et de l’Espagne, visant à concevoir et construire un système de combat aérien du futur, ou SCAF, destiné à remplacer les Rafale et Typhoon des forces aériennes des 3 pays, à partir de 2040. Entre temps, ce même programme produira des technologies qui seront utilisées telles des briques technologiques pour moderniser les avions de combat Rafale et Typhoon, de sorte à les maintenir au niveau des enjeux opérationnels et technologiques du futur. En procédant ainsi, les autorités vont pouvoir partager les couts de developpement de l’appareil et des technologies constituantes, et produire…

Lire l'Article

La Task Force Européenne pour défense les PME Défense françaises, une bonne idée ?

Alors que les grands groupes de Défense nationaux sont, pour beaucoup, engagés dans des processus de consolidation à l’échelle européenne, de très nombreuses PME du secteurs, assurant une part très significative de la production technologique et économique de la BITD, craignent pour leur avenir. C’est dans ce contexte que le député Didier Baichère, coprésident du groupe d’études sur l’industrie de la défense de l’Assemblée nationale, a proposé la création d’une « Task Force Européenne » destinée à soutenir les PME françaises à Bruxelles, lors des appels d’offres européens. En effet, contrairement à d’autres pays, la BITD française repose encore beaucoup sur une galaxie de PME et d’ETI…

Lire l'Article

L’État français refuse de céder la majorité de KNDS à Rheinmettal

Lors d’une audition mouvementé par la commission Défense de l’Assemblée Nationale, notamment en raison de biais très polémiques et approximatifs de certains parlementaires au sujet des exportations d’armes françaises vers l’Arabie Saoudite et l’Emirats Arabes Unis, la ministre des Armées, Florence Parly, a répondu aux exigences de la société Rheinmetall au sujet du contrôle de la Société KNDS. Pour rappel, la Société KNDS, qui rassemble le français Nexter et l’Allemand Krauss Maffei Wegman, est co-détenue à 50% par l’état Français, et à 50% par la famille Baude, qui détenait KMW. Le second acteur allemand du marché des blindés, Rheinmetall, s’est rapproché de la famille Baude…

Lire l'Article
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR