Les Etats-Unis vont suspendre leur participation au traité INF

Selon la chaine CBS, et comme nous l’avions largement anticipé, les Etats-Unis, par la voix de son Secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, vont annoncé suspendre leur participation au traité INF, liant Etats-Unis et Russie pour ne pas développer ni déployer d’armes stratégiques de portée intermédiaires, ayant 500 et 5000 km de rayon d’action.

Depuis plusieurs semaines, et même plusieurs mois, il était clair que les Etats-Unis n’avaient aucunement l’intention de rester contraints par ce traité, alors que d’autres adversaires potentiels comme la Chine, l’Iran ou la Corée du Nord, ne l’étaient pas. Et de fait, l’ensemble de l’argumentation faite autour du missile Novator Russe n’a été qu’une mise en scène visant à justifier ce retrait.

Cette décision a rapidement entrainé de nombreuses réactions. Coté russe, évidemment, on regrette officiellement la chose, même si la Russie a maintenu un important savoir-faire technique en matière de missiles balistiques à courte portée, et qu’elle sera donc en mesure de rapidement reconstituer son parc de missiles à portée intermédiaire. En outre, de part la maitrise des vecteurs hypersoniques qu’elle a démontré avec les systèmes Kinjal et Avangard, il est probable que les prochains vecteurs balistiques russes à portée intermédiaire disposeront, eux aussi, de ces capacités en matière de vitesse et de manœuvrabilité.

Coté occidental, de nombreux observateurs craignent que cette sortie ne re-déclenche une nouvelle course aux armements. C’est en fait largement sous-estimer la situation actuelle, car la course aux armements a bel et bien déjà repris, depuis plusieurs années maintenant. Et si l’Occident à fait prendre d’un certain retard à l’allumage, désormais tous les pays du camps occidental ont entrepris la reconstruction de leurs potentiels de Défense, avec des augmentations parfois très sensible des budgets de Défense.

Pour ne donner que quelques chiffres, désormais, les Etats-Unis produisent 1 porte-avions tous les 3 ans, 2 destroyers et 2 sous-marins par an, et 130 avions de combat chaque année. En Russie, ce sont 120 avions de combat, 2 sous-marins, 200 chars lourds et 2000 blindés de tout type qui sont livrés chaque année. La Chine livrera cette année 7 destroyers et destroyers lourds, plus de 20 bâtiments de surface majeurs, alors que son aviation recevra plus de 80 avions de combat modernes.

En outre, les crédits et programmes de R&D, visant à préparer la prochaine génération de systèmes de combat, ont plus que doublé en 5 ans dans le monde. Et toutes les armées du monde, même les moins combattantes, ont entrepris de renforcer leur préparation opérationnelle, et d’améliorer leur efficacité et réactivité.

De fait, le retrait des Etats-Unis du traité INF ne sera nullement le déclencheur d’une course aux armements, ni même d’une augmentation de l’insécurité mondiale. Il s’agit, en réalité, de la conséquence des évolutions constatées ces 10 dernières années dans le monde.

Pour Aller plus loin

All

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR