Le Brésil envisage une nouvelle commande de 30 Gripen E/F

L’année 2021 aura été une année de grande déception pour le constructeur suédois Saab. Comme les 5 années précédentes, celui-ci n’aura pas réussi à imposer son chasseur Gripen, qu’il s’agisse de la version classique JAS-39 C/D en Croatie qui lui préféra 12 Rafale d’occasion acquis auprés de la France, que de son Gripen NG ou JAS-39 E/F avec son voisin finlandais, qui lui préféra le F-35A en dépit d’une offre très attractive et ambitieuse de Stockholm. A ce jour, et en dehors des commandes de Gripen NG pour la Flygvaptnet, l’Armée de l’Air Suédoise, et les 36 Gripen NG commandés par le Brésil en 2014, le carnet de commande de Saab reste désespérément vide. Quant aux compétitions en cours, en dehors des Philippines, dans lesquels le Gripen est engagé, comme au Canada ou en Inde, ce dernier apparait comme un outsider, et parfois même comme un faire valoir.

De fait, la compétition qui va bientôt s’ouvrir au Brésil pour acquérir 30 chasseurs modernes aux cotés des 36 appareils déjà commandés à Saab, et ainsi atteindre le format de 66 appareils visé par la planification du pays, revêt une dimension non pas stratégique, mais vitale pour le constructeur suédois, s’agissant probablement de la seule compétition dans les années à venir pour laquelle son appareil jouera le rôle de favori. D’ailleurs, selon les déclarations d’un quotidien brésilien, il est possible qu’il n’y pas de compétition internationale, puisque Sao Paulo envisagerait de négocier directement avec Stockholm une nouvelle tranche de 30 appareils, sans passer par une procédure d’appel d’offres.

Le Gripen E est un appareil offrant des performances élevées, mais qui est aujourd’hui handicapé par un prix unitaire élevé face à al concurrence, pour une capacité d’emport relativement réduite

Il faut dire qu’aucun constructeur ne serait en mesure de se positionner aussi agressivement que Saab sur ce marché. Déjà, en 2014, Saab avait accordé au Brésil l’assemblage local de la majeure partie des 36 appareils commandés par l’avionneur local Embraer. Et il est très peu probable qu’un autre avionneur puisse proposer une telle solution pour une commande de seulement 30 nouveaux appareils, sans voir ses couts unitaires exploser. En outre, et comme dans le cas des Rafale en Inde, la pre-existance d’une flotte de Gripen NG au sein des forces aériennes brésiliennes engendre d’importantes économies pour ce qui concerne un nouveau lot, notamment en matière de formation et de logistique. De fait, et de manière parfaitement objective, Sao Paulo aurait effectivement tout intérêt à se tourner vers Saab pour renforcer sa force aérienne, tant du point de vue économique qu’opérationnel.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

A partir de 5,90 € par mois (3,0 € par mois pour les étudiants) – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR