Face à la résistance ukrainienne, les armées Russes changent de stratégie

Alors que l’offensive russe marque la pas devant Kyiv et Kharkiv, et que les villes données comme aux mains des russes, comme Kherson et Berdyansk, continuent de résister malgré une situation très détériorée pour les défenseurs ukrainiens, les armées russes ont, semble-t-il, changé radicalement de stratégie pour venir à bout de la résistance ukrainienne. Renonçant aux opérations spéciales et à l’utilisation intensive des forces aéroportées, les forces russes s’engagent, selon de nombreux rapports, dans une doctrine bien plus conventionnelle, avec des attaques massives menées par des bataillons inter-armes appuyés d’un important soutien d’artillerie et de l’aviation tactique, laissant craindre une hausse très rapide des pertes civiles sur tous les fronts.

La stratégie initiale mise en oeuvre par les armées russes a été, de toute évidence, un cuisant échec. Escomptant la sidération des forces ukrainiennes suite à la surprise tactique d’une attaque multi-fronts, et s’appuyant sur des opérations de forces spéciales et aéroportées pour décapiter les autorités du pays et par des frappes massives de missiles balistiques à courte portée et de missiles de croisière, le plan russe espérait emporter la décision en quelques jours seulement, au point qu’un article de RIA Novosti annonçant la victoire totale des armées russes en Ukraine avait été rédigé le 19 février, 5 jours avant l’offensive elle-même. Malheureusement pour les militaires russes, et comme déjà évoqué, ce plan connu de nombreux revers, et même si les armées du front sud ont enregistré de réels succès en annonçant la prise de la ville comme Kherson au delà du Dniepr au troisième jour, et de Berdyansk à l’ouest de Marioupol au quatrième jour de guerre, les deux offensives principales au nord visant Kharkiv, et au nord-ouest visant la capitale Kyiv, furent stoppées, sans pouvoir être débloquées.

Vue aérienne d’une colonne de renforts russes se dirigeant vers Kyiv

Pour autant, les armées russes ne sont pas encore défaites, loin s’en faut. En premier lieu, elles n’ont engagé en Ukraine que la moitié des forces positionnées autour du pays ces derniers mois, et même si les forces engagées ont, semble-t-il, subi des pertes nombreuses aussi bien en terme de personnels que de materiels, l’armée russe dispose d’importantes réserves pour mener une seconde vague d’assaut, contre des défenses ukrainiennes déjà lourdement éprouvées. C’est ainsi que d’immenses convois de forces venus de Biélorussie ont été observés en direction de Kyiv, faisant craindre le siège de la capitale ukrainienne et donc d’importantes pertes civiles. Et ce d’autant que, de toute évidence, la seconde phase de l’opération militaire russe en Ukraine va s’appuyer sur une doctrine bien plus classique pour cette armée, faisant un usage massif de l’ensemble de la puissance de feu de son artillerie et de sa force aérienne pour briser la résistance ukrainiennes.

En effet, jusqu’à hier, les armées russes ne faisaient qu’un usage limité de ces deux atouts majeurs dont elle dispose. Ainsi, l’artillerie russe était particulièrement mesurée pendant les 5 premiers jours de combat, et évitait autant que possible de faire usage de toute sa puissance de feu de suppression ou de destruction. De même, l’appuie aérien russe consistait avant tout à des missions de soutien aérien rapproché menées par des Su-25 et des Mig-29, et à des missions de supériorité aérienne menées par des Su-27, Su-30 et Su-35. La flotte de bombardement, composée de bombardiers tactiques Su-25 et Su-34, et de bombardiers à long rayon d’action Tu-22M3, n’avait presque pas été observée jusqu’à hier. Or, de nombreux régiments équipés de ces appareils avaient été déployés à proximité des frontières ukrainiennes préalablement au conflit, et l’on peut anticiper que ces derniers soient désormais appelés à monter en puissance dans les heures à venir.

Les forces aériennes russes n’avaient jusque la pas fait un usage extensif de leurs bombardiers tactiques Su-24 et Su-34

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR