Le Japon se rapproche de plus en plus de l’alliance AUKUS

Créée en septembre 2021, l’Alliance AUKUS (Australia, UK, Usa) visait à dépasser le cadre des accords de défense bilatéraux entre les Etats-Unis et ses alliés dans le Pacifique. En effet, pour faire face à la montée en puissance des armées chinoises, il devint rapidement évident à Washington qu’une alliance, si pas comparable, en tout cas inspirée du principe de l’OTAN, pouvait constituer la meilleure réponse pour contenir et dissuader la Chine, notamment vis-à-vis de Taïwan. Malheureusement pour les ambitions américaines, le pitoyable volet autour de l’annulation du programme de sous-marins à propulsion conventionnelle Attack développé depuis 2015 par Canberra avec le français Naval Group, afin de se tourner vers une solution américano-britannique de sous-marins à propulsion nucléaire à destination de la Royal Australian Navy, entama sévèrement l’accueil international du projet américain, en particulier en lien avec les risques de prolifération des navires à propulsion nucléaire sur le théâtre une fois la boite de Pandore ouverte par Joe Biden.

Il n’aura cependant fallu qu’une année pour normaliser à nouveau les relations internationales sur ce théâtre, y compris entre l’Australie, les Etats-Unis et la France, en grande partie du fait de la hausse des tensions entre Pékin et Taiwan d’une part, et de la guerre en Ukraine de l’autre. Ainsi, les autorités nippones, jusque là plutôt prudentes et réservées quant à une possible implication dans le soutien à Taiwan et d »éventuelles opérations américaines pour protéger l’ile en cas de menace, ont sensiblement fait évoluer leurs positions, non seulement en annonçant des programmes d’armement offensifs pour tenir en respect Pékin si la situation venait à se dégrader, comme en annonçant ouvertement son soutien à l’autonomie de Taiwan et au statuquo actuel, précisant que l’autonomie de l’ile était désormais un enjeux stratégique pour Tokyo.

Les forces aériennes japonaises ont commandé 147 avions de combat F-35, dont 42 F-35B à décollage et atterrissage vertical ou court pour armer ses deux porte-aéronefs de la classe Izumo

Dans le même temps, le Japon s’est rapproché dans de nombreux domaines défense des 3 acteurs de l’Alliance Aukus, avec les Etats-Unis pour renforcer sa defense anti-missile et ses capacités de frappe secondaire y compris contre le sol chinois, avec l’Australie pour accroitre les axes de coopération et les exercices miltaires, et avec la Grande-Bretagne, avec le developpement conjoint d’un missile air-air à moyenne portée, ainsi que la coopération entre les programmes d’avions de combat Tempest et F-X. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que Tokyo vienne à envisager publiquement d’intégrer l’alliance Aukus. Et le temps semble venu, si l’on en croit le discours de YAMAGAMI Shingo, ambassadeur japonais en Australie, à l’occasion de la Conférence Aukus qui s’est tenue à Canberra le 14 novembre.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits« . Les abonnés ont accès aux articles Analyses, OSINT et Synthèse en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés Premium.

A partir de 6,50 € par mois – Sans engagement de durée.


Related posts

Meta-Défense

GRATUIT
VOIR