L’US Air Force réduit sa prochaine commande de ravitailleurs pour préparer l’arrivée des Tankers de nouvelle génération


Il y a quelques jours, l’US Air Force annonçait la première commande ouvrant la voie à une future commande de 26 avions d’alerte aérienne avancée E-7A Wedgetail pour remplacer en partie ses 34 E-3 Sentry entrés en service entre la fin des années 70 et le milieu des années 80, et qui commencent à sensiblement marquer le poids des années. Si cette commande permettra effectivement de renouveler une capacité critique pour la puissance aérienne américaine, il est également marquant que l’US Air Force a privilégié, acec cette décision, une solution relativement économique basée sur un appareil conçu initialement pour l’exportation par Boeing. De toute évidence, les E-7A Wedgetail de l’US Air Force auront une fonction de transition, en attendant l’arrivée d’appareils assurant ce même type de mission, mais adaptés à la nouvelle réalité de la menace marquée par des avions beaucoup plus difficiles à détecter et des missiles air-air dont la portée dépasse désormais les 200 km.

Les menaces qui touchent la flotte d’Awacs concernent de la même manière la très imposante flotte de ravitailleurs en vol de l’US Air Force, de loin la plus puissante de la planète avec prés de 550 tankers représentant plus de 80% de la flotte mondiale d’appareils de ce type. En effet, à l’instar des E-3 Sentry, les KC-135 stratotanker, KC-10 Extender et KC-130 Hercule ne peuvent désormais plus opérer à proximité des lignes d’engagement d’un adverse symétrique, comme peut l’être la Russie ou la Chine, tant les risques en matière de défense aérienne à longue portée mais également de chasseurs équipés de missiles air -air à très longue portée comme le R37M russe ou le PL15 chinois, sont importants. Malheureusement, il en va de même pour le KC-46A Pegasus de Boeing, commandé par l’US Air Force en 2011 au détriment de l’A330 MRTT d’Airbus, à 179 exemplaires pour remplacer les KC-135 les plus anciens.

Su35 R37M e1670686882226 Analyses Défense | Avions Ravitailleurs | Construction aéronautique militaire
Le missile air-air à longue portée R37M permet d’atteindre des cibles aériennes jusqu’à 400 km selon les informations russes

En dépit de problèmes à répétition survenus lors du développement du programme KCx, le premier KC-46A Pegasus a été livré en 2019 à l’US Air Force, et 70 appareils ont rejoint les unités opérationnelles américaines à ce jour alors que les appareils restants devront être livrés d’ici la fin de la décennie. Un second programme, désigné KCy, devait prendre le relais du programme KCx, pour remplacer les KC135 restants, soit plus de 160 appareils, au cours de la prochaine décennie. Opposant principalement, comme précédemment, le KC-46A de Boeing d’un part, et l’A330MRTT d’Airbus cette fois associé à Lockheed-Martin, ce programme semblait jusqu’ici relativement ouvert, le volume permettant de neutraliser les effets de la flotte près-existantes de KC-46A au sein de l’USAF. Malheureusement pour Airbus, et dans une moindre mesure pour Boeing, ni le Pegasus, ni le MRTT n’offre une survivabiltié sensiblement supérieure aux appareils actuellement en service, même si ces nouveaux tankers pourront recevoir des systèmes d’autodéfense renforcés composés de leurres, de brouilleurs radars et de laser à haute énergie. En effet, l’US Air Force vient d’annoncer que le programme KCy serait ramené à 75 appareils, de sorte à libérer des crédits et des capacités pour le programme KCz qui, lui, doit précisément developper un système capable de répondre à ces menaces.


LOGO meta defense 70 Analyses Défense | Avions Ravitailleurs | Construction aéronautique militaire

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les abonnements Classiques donnent accès à
tous les articles sans publicité, à partir de 1,99 €.

- Publicité -

Pour Aller plus loin

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.

RESEAUX SOCIAUX

Derniers Articles